Dernière mise à jour: 26.10.21

 

La souscription à un contrat d’assurance est une procédure obligatoire, et ce, quel que soit le profil du véhicule. Toutefois, trouver la bonne compagnie n’est pas facile quand la voiture comporte des malus. Qu’est-ce qu’un profil malussé ? Comme faire pour assurer un véhicule avec malus ? Découvrez avec nous les étapes à suivre pour dénicher l’assurance auto la moins chère.

 

Profil malussé, qu’est-ce que c’est ?

Vous êtes classé par votre compagnie d’assurance comme étant un profil malussé et avez fait l’objet d’une résiliation d’assurance auto, mais vous ne comprenez pas vraiment ce que ça signifie ? Nous allons vous éclairer.

Un profil ou plus précisément une voiture est qualifiée de malussée quand son coefficient bonus-malus ou coefficient de majoration de la cotisation est assez haut. Il s’agit d’un score attribué aux conducteurs par les assureurs afin d’évaluer la qualité de leur profil et notamment de l’état de leur voiture.

En principe, le coefficient de malus va de 1 (score neutre) à 0,5 (excellent). Ce score est réduit d’année en année, à raison de 0,05 point par an, si la voiture n’a pas subi de dommage et n’a notamment pas fait l’objet d’un accident.

Dans le cas contraire, si le conducteur (sa voiture) est responsable d’un accident, il se voit sanctionné d’une majoration de son coefficient de malus :

 – Une majoration de 25 % s’applique si le conducteur est entièrement responsable de l’accident ;

 – La majoration est en revanche de 12,5 % s’il s’agit d’une responsabilité partagée.

De ce fait, dès que le coefficient de réduction ou de majoration est supérieur à 1, le profil est qualifié de malussé.

Vous l’auriez immédiatement compris, un coefficient de malus élevé correspond à des tarifications plus élevées de la prime d’assurance auto. Il convient toutefois de préciser que le malus est annulé après 2 années consécutives sans accident. Le coefficient est automatiquement ajusté à 1 et se voit réduit de 0,05 après chaque année sans sinistre.

Profil malussé, comment souscrire une assurance auto ?

La procédure à suivre pour souscrire à une assurance est la même que vous soyez malussé ou non. La méthode la plus simple étant de réaliser un devis assurance auto en ligne avec assuronline. Pour ce faire, les étapes à suivre sont les suivantes :

1. Gardez sous la main votre carte grise et votre permis ainsi que le dernier relevé d’information afin de pouvoir remplir rapidement le formulaire de souscription.

2. Accédez à la page du formulaire pour la demande de devis.

3. Remplissez les cases avec les informations demandées.

4. Prenez une marge d’environ 100 euros dans la définition de votre tarif.

5. Sélectionnez les garanties et les options complémentaires qui peuvent vous intéresser.

6. Choisissez la formule qui vous correspond.

7. Déterminez la fréquence de facturation et validez votre soumission.

La compagnie où vous avez souscrit votre assurance déterminera le montant de votre assurance suivant votre profil et le type de votre véhicule. Parmi les formules les plus souvent proposées, vous trouverez :

 – Formule Contact qui est l’offre la plus simple autrement connu sous le nom d’assurance auto au tiers ;

 – Offre Contact + une assurance au tiers enrichie ;

 – Protection confort avec une assurance vol et incendie en surplus ;

 – Formule adaptée pour les collisions avec un tiers identifié ;

 – Formule avec une assurance tous risques.

 

Profil malussé : que faut-il savoir ?

Si en général c’est l’abonné qui procède à une résiliation de son assurance auto, il arrive également que ce soit la compagnie qui prenne cette décision. Cela peut être dû à :

 – Des accidents trop fréquents ;

 – De fausses déclarations ou une tentative de fraude ;

 – Un retrait de permis ;

 – Des défauts de paiement des cotisations d’assurance.

Un tel événement peut rendre plus difficile la souscription à un nouveau contrat puisque la résiliation est enregistrée dans le fichier de l’Agira pour une durée de 2 ans. Ce fichier est consultable par toutes les compagnies d’assurance et les courtiers en assurance.

 

Que se passe-t-il pour un conducteur malussé ?

Comme la souscription à une assurance est obligatoire, le propriétaire se doit de trouver un assureur malgré un profil malussé.

Dans la majorité des cas, un malus équivaut à une surprime. Celui-ci se traduit par un tarif plus élevé que le montant normal d’une assurance auto pour un professionnel ou particulier. Voici comment la surprime est évaluée en fonction de votre profil :

 – En cas de sinistre avec un taux d’alcoolémie élevé : 150 % ;

 – Suspension justifiée du permis pendant 2 à 6 mois : 50 %. Si la suspension va au-delà de 6 mois, la surprime est de 100 % ;

 – Pour un permis annulé ou suspendu plusieurs fois en une année, votre surprime sera évaluée à 200 % ;

 – Le délit de fuite est sanctionné par une majoration de 100 %. Il en est de même pour une omission de la déclaration d’un accident dans la déclaration de sinistre ;

 – Enfin, la majoration est de 50 % pour un conducteur responsable de trois accidents dans une même année.

Les surprimes sont cependant provisoires et seront supprimées au bout de 2 années consécutives sans sinistre. Aussi, malgré un cumul, un plafond de 400 % est fixé pour le tarif de référence.

Résiliation assurance auto pour profil malussé que faire ?

Si au cours d’une année vous faites l’objet d’un sinistre, responsable ou partiellement responsable, sachez que vous pouvez changer de compagnie d’assurance pour ne pas voir votre prime augmenter.

En vertu de la Loi Hamon, le conducteur peut résilier son contrat d’assurance auto au cours d’une année s’il a été abonné chez celui-ci l’année précédente. Aucun frais de résiliation ne sera dû et c’est le nouvel assureur qui se chargera des démarches de résiliation d’assurance auto. L’intéressé n’a qu’à remplir le devis assurance chez celui-ci.

A contrario, si vous constatez que le motif de résiliation n’est pas justifié, vous pouvez procéder à une négociation auprès de votre assureur. Si cette démarche se montre infructueuse, vous pouvez saisir la justice. De telles procédures peuvent cependant causer des désagréments. En plus de demander du temps, vous ne pourriez pas conduire votre voiture jusqu’au jour du jugement.