Dernière mise à jour: 13.11.19

 

La délivrance du permis de conduire atteste que vous avez passé les épreuves nécessaires pour la conduite d’un véhicule. Mais l’hiver vous mettra à chaque fois devant de nouveaux défis, prévisibles ou pas. Pour réussir à vous en sortir, de nombreuses préparations sont requises, autant pour vous que votre voiture.

 

Les préparations essentielles avant de prendre la route

Que ce soit pour un déplacement spécial (départ en vacances d’hiver ou mission dans une autre région) ou une routine pour rejoindre votre poste de travail, conduire en hiver nécessite un minimum de préparation. La première vous concerne personnellement, en tant que conducteur, et donc premier responsable de votre sécurité. Vous devez vous sentir moralement prêt et capable de conduire, et physiquement apte. Si vous manquez de sommeil, si vous n’êtes pas en bonne santé ou si vous ressentez une quelconque anomalie physique, la sagesse recommande de différer votre départ et d’attendre que vous retrouviez une meilleure condition physique. Au pire, si vous ne pouvez annuler le déplacement, confiez la conduite à une autre personne plus valide, ne serait-ce que dans un premier temps, en attendant que vous récupériez.

Ensuite, vous devez porter une attention particulière à l’état de votre voiture. En saison hivernale, le bon sens recommande naturellement d’installer des pneus d’hiver. Assurez-vous que votre voiture en est bien chaussée. Outre les roues, vérifiez l’équipement électrique. La batterie notamment constitue un élément sensible au froid, si elle est en mauvais état, elle risque de vous jouer de mauvaises surprises dans les prochains jours. Contrôlez également tout l’équipement électrique de votre véhicule : les feux de croisement et de brouillard, les feux de détresse, les balais essuie-glace, bref tout ce qui vous aidera pour une bonne visibilité, et pour être bien visible. Le chauffage à l’intérieur de l’habitacle doit également fonctionner normalement, pour éviter la formation de buée sur le pare-brise. Et puis, ce sera toujours agréable de voyager à la bonne température alors qu’il fait froid dehors.

Enfin, toujours dans cette phase de préparation, une liste d’équipements supplémentaire doit figurer impérativement dans vos bagages. Une lampe torche vous aidera à vous signaler en cas de panne, et à chercher votre chemin jusqu’au prochain poste de secours, en attendant de trouver un autre automobiliste qui pourra vous y emmener. Des chaînes à neige pourront également vous tirer d’affaire dans les zones à risque. En effet, même si vous avez installé les meilleurs pneus d’hiver sur votre voiture, les caprices de cette saison restent imprévisibles et l’épaisseur de neige ou de verglas peut compliquer un passage de manière inattendue. Entraînez-vous à les mettre en place, de manière à ne pas perdre trop de temps sous le froid pour les installer au besoin. Des gilets de signalisation aux couleurs claires avec des bandes réfléchissantes permettront de vous repérer d’assez loin, si vous devez sortir de votre véhicule, alors que les conditions de visibilité ne sont pas favorables. Enfin, vérifiez votre extincteur et votre trousse de premiers secours. Du fait de l’hiver, les accidents peuvent toujours arriver, et il vaut mieux disposer du minimum en cas d’urgence.

 

 

Les gestes responsables en cours de conduite

Lorsque vous prenez la route, veillez à rester informé des conditions climatiques en cours, pour ne pas vous laisser surprendre par les caprices du temps. Écoutez régulièrement les bulletins météorologiques, vous serez bien content d’apprendre que vous avez bien fait de choisir un trajet plutôt qu’un autre, celui que vous vouliez emprunter en premier étant désormais bloqué par une chute de neige. Respectez attentivement les distances de sécurité requise, pour vous permettre de freiner tranquillement lorsqu’il le faut. La visibilité peut être difficile, voire nulle en hiver à cause des intempéries. Utilisez vos feux de brouillard pour bien voir et pour être bien vu et éviter les accidents. Maintenez l’allure normale imposée par la circulation en cours, même si vous êtes pressé. 

Les dépassements et les vitesses excessives restent les principales causes de carambolage. La neige ou le verglas nécessitent en effet une expérience de conduite d’un niveau supérieur, car elles rendent la chaussée glissante. Votre voiture devient alors plus difficile à contrôler à haute vitesse, et les distances de freinage deviennent plus longues, avec des risques d’aquaplaning. Abstenez-vous de dépasser, et laissez la priorité aux chasse-neige, vous n’en serez que bénéficiaire. À la vue d’un panneau B26, n’attendez pas une situation compliquée avant de vous décider à mettre vos chaînes à neige en place. Maintenez ensuite une allure régulière ne dépassant pas 50 km/h, pour ne pas les endommager. 

Arrêtez-vous de temps en temps pour prendre un peu de repos, pour vous et votre voiture, car la conduite dans la neige est éprouvante. Et si vous vous sentez dépassé par les évènements au cœur d’une bourrasque ou d’une importante chute de neige, rangez-vous sur le côté et laissez fonctionner vos feux de détresse, en attendant que le mauvais temps passe. Vous en profiterez pour récupérer, pareil pour votre véhicule. Et avant de reprendre la route, vérifier que vos chaînes sont toujours bien en place et tendues comme il se doit.

 

 

Cas particulier des arrêts involontaires

Malgré toutes les précautions, une panne peut arriver sans prévenir. Si le véhicule peut quand même être déplacé, vous devez le pousser sur le bas-côté, de manière à ne pas gêner la fluidité de la circulation. Enfilez votre gilet de sécurité pour que les automobilistes vous voient sortir de votre voiture et vous déplacer dehors. Si les conditions de déplacement de votre véhicule sont plutôt difficiles, n’hésitez pas à solliciter l’aide des autres usagers. Dans un mouvement solidaire et responsable, il est toujours préférable de perdre une demi-heure en aidant une personne dans le besoin et de pouvoir continuer sa route, que de se retrouver bloqué toute la nuit. Une fois dégagé de la voie, placez votre triangle de signalisation à 30m derrière votre véhicule, et appelez les secours ou les dépanneurs. Laissez vos feux de détresse en marche, pour signaler votre présence et faciliter votre repérage.