Dernière mise à jour: 21.11.19

 

À certains moments, il arrive que votre voiture se comporte de manière bizarre. Lorsque le moment arrive où elle semble vouloir chercher son chemin toute seule, c’est qu’il est temps de régler la géométrie. Cette opération s’avère plus indispensable encore à l’approche de l’hiver, durant lequel contrôler votre voiture s’impose.

 

Qu’est-ce que la géométrie en termes d’automobile ?

Elle se tisse un lien plus ou moins rapproché avec la fameuse science mathématique étudiée sur les bancs de l’école. En effet, elle concerne toutes les opérations à effectuer de manière technique, pour que votre voiture soit « en forme », dans le sens concret. La géométrie regroupe l’ensemble des réglages sur divers éléments des trains roulants, de manière à ce que la voiture se comporte de façon saine. Elle agit pour que vous profitiez pleinement du confort que le véhicule est censé proposer, sans que vous ressentiez une quelconque sensation de gêne ou de désagrément.

Ce processus simple et rapide – selon le degré d’intervention nécessaire – présente de nombreux avantages quelle que soit la saison, mais elle devient urgente à l’approche de l’hiver. En effet, durant cette période, l’état des routes peut mettre le conducteur et la voiture à rude épreuve. Un véhicule sorti d’usine, donc à 100% de son efficacité et de ses performances, peut se retrouver en difficulté durant les conduites d’hiver. Imaginez ce qui pourrait arriver sur une voiture dont la géométrie ne serait pas au point. Pour ne pas prendre de risque, surtout si votre voiture n’est plus très récente, vous devez prendre le temps de passer au garage pour procéder aux réglages nécessaires. 

La procédure ne prend pas plus d’une demi-heure, sauf complication. Elle consiste à analyser les quatre roues de la voiture, pour voir si elles sont toujours bien alignées ou si elles présentent des déformations. Dans cette dernière situation, deux cas de figure peuvent se présenter, pour nécessiter un réglage de la géométrie. Le premier concerne le parallélisme. Si celui-ci est normal, les roues du véhicule restent dans le même axe horizontal par rapport à la longueur de la voiture. En attendant une mesure précise effectuée par une machine dans un centre de réglage, vous pouvez vérifier le parallélisme en vous servant uniquement d’une corde. Si tout va bien, celle-ci doit courir à fleur sur les deux roues de chaque côté du véhicule. Si vous constatez un espace, il faudra effectuer un réglage.

 Si l’avant du pneu rentre par rapport à l’axe normal de présentation, on parle de pincement. Au contraire, si l’avant sort, il s’agit d’une ouverture. Le second cas se tourne plutôt vers ce qu’on appelle carrossage, dans le jargon technique. Il s’agit en fait de l’alignement des roues par rapport à un axe vertical suivant lequel le pneu doit référer. Vues de face, les deux roues d’un même essieu doivent tout simplement être parallèles entre elles, et chacune bien perpendiculaire au sol. Si les roues se positionnent en A, on parle de carrossage négatif. Si elles forment un V par contre, il s’agit d’un carrossage positif. Dans tous les cas, dès le moment où les roues présentent des symptômes d’usure anormale, n’hésitez pas à effectuer un réglage.

 

 

L’importance de contrôler la géométrie d’une voiture

Cette opération doit figurer comme une routine à effectuer au moins une fois par an, généralement avant ou au moment d’installer vos pneus d’hiver. En effet, une géométrie bien réglée de votre véhicule vous permet d’affronter sereinement les dures conditions de la route, lors des périodes de grand froid. Elle vous permet notamment de continuer à profiter de tout son confort et de son efficacité en termes de tenue de route. Une géométrie mal réglée peut en effet amener une voiture à adopter un comportement anormal et difficile à contrôler. Une prise en mains non maîtrisée de la machine pourrait vous mettre en danger et représenter un risque pour les autres usagers des voies publiques. La sécurité routière doit rester primordiale pour tout le monde et une géométrie normale de votre voiture ne pourra que vous rassurer au moment de prendre la route. 

Dans un autre contexte, elle vous permettra également de ne pas effectuer de dépenses imprévues, qui auraient pu être évitées. En effet, un parallélisme mal réglé ou un carrossage trop prononcé ne peuvent qu’user vos pneus de manière inégale. Cette situation vous obligera à les changer rapidement, alors qu’ils ne devraient être qu’à la moitié de leur vie. Enfin, toujours dans le domaine des dépenses excessives, une géométrie mal réglée augmentera votre budget carburant. Lorsque les roues se mettent en opposition au mouvement de roulement, le moteur devient davantage sollicité, et la quantité de carburant consommée augmente logiquement en conséquence. En outre, la détérioration d’autres pièces et accessoires des trains roulants peut aussi survenir.

 

 

Quand faut-il procéder aux réglages ?

Si les roues que vous venez de déposer ne présentent aucun signe suspect d’usure anormale, alors vous n’avez pas l’obligation de procéder à un contrôle de géométrie. Au plus, un équilibrage des roues nouvellement installées peut s’avérer être nécessaire pour un roulage optimal. Par contre, le réglage devient impératif à partir du moment où vous avez touché à une partie ou à tout le train roulant pour réparer ou remplacer une pièce. Ainsi, le remplacement d’une rotule, les interventions sur les mécanismes de transmissions, ou encore l’installation de nouveaux silent-blocs doit être suivi d’un réglage minutieux de la géométrie. 

Celle-ci peut aussi se programmer si vous constatez un comportement anormal de votre véhicule, comme la direction qui tire d’un côté ou d’un autre sur une route plane. Cette situation peut résulter d’un choc, comme le fait d’avoir heurté un trottoir, ou d’avoir roulé à grande vitesse dans un nid de poule par exemple. Votre style de conduite peut également influencer indirectement la géométrie du véhicule. En adoptant souvent une conduite sportive susceptible de provoquer des déports fréquents de la voiture, vous finissez par agir sur toute la géométrie, en mettant ainsi à mal l’équilibre général de la voiture.