Dernière mise à jour: 13.11.19

 

Utiliser un dispositif de sécurité sur votre voiture peut réduire les tentatives de vol à son égard. Cependant, pour avoir l’esprit plus tranquille, le mieux serait de combiner les divers dispositifs existants avec de bonnes habitudes.

 

Ayez de bonnes pratiques

Lorsque vous laissez votre véhicule, n’oubliez pas de vérifier que toutes les ouvertures sont correctement fermées. Même une vitre partiellement fermée peut permettre à un voleur d’y entrer. De plus, si elle est équipée de verrouillage électronique, vérifiez que celui-ci s’active correctement lorsque vous fermez vos portières. Des voleurs équipés de brouilleurs électroniques peuvent bloquer à distance l’activation de certains systèmes électroniques. Par exemple, lorsque vous fermez votre portière, un bip devrait vous avertir que l’alarme est enclenchée. Si ce n’est pas le cas, méfiez-vous. Pour contrer ce type de problème, désactivez votre prise diagnostic (OBD).

Par ailleurs, ne laissez rien traîner dans votre habitacle qui pourrait susciter l’intérêt des voleurs. Ne gardez aucun objet de valeur dans la voiture, surtout les papiers du véhicule. Ces derniers pourraient être falsifiés et le voleur gagnerait la possession de votre voiture. Rangez toutes vos affaires dans la boîte à gants ou coffre et ne laissez surtout pas vos clés sur le contact.

Pour terminer, si vous n’avez pas de garage, servez-vous uniquement d’un parking sécurisé pour ranger votre véhicule. Dans le pire des cas, choisissez un emplacement assez proche de votre maison afin que vous puissiez entendre l’alarme de votre véhicule au cas où elle s’activerait.

À part cela, utilisez une alarme distincte que vous serez apte à reconnaître facilement. Cela vous évitera d’effectuer un long trajet nocturne pour une voiture qui n’est pas la vôtre. Toutefois, si l’alarme de celle de votre voisin se met à sonner, vous pourrez aller vérifier vous-même pour lui rendre service.

 

 

Utilisez des dispositifs de sécurité

L’utilisation d’une alarme est dissuasive, car elle met en fuite le malfrat dès qu’il entend la sirène. Cependant, dans certaines situations, ce dernier peut réussir à le désactiver rapidement et s’enfuir avec le véhicule. Pour cette raison, il est important d’utiliser d’autres systèmes de protection dans votre voiture.

La première est l’utilisation d’un bloque-volant. Les voleurs ciblent en premier les voitures dont les dispositifs de sécurité sont minimes. Ainsi, lorsqu’ils verront le bloque-volant, ils hésiteront à s’en prendre à votre voiture. Si malgré tout ils décident de passer à l’action, ils seront vite découragés par l’alarme qui se déclenche. Dans la précipitation, ils préféreront fuir au lieu de tenter de débloquer le volant. En effet, il leur sera impossible de manier votre véhicule à cause du verrou sur le volant qui sera difficile à retirer. Il faut malgré tout que votre protection soit assez robuste pour rendre impossible le fait de le briser en un coup. Les modèles les plus efficaces coûtent plus de 50 euros, mais si vous n’en avez pas les moyens, achetez malgré tout les modèles bas de gamme à 10 euros.

Si vous préférez une solution plus sophistiquée, optez pour un système antidémarrage électronique. Ce dispositif empêche votre voiture de démarrer lorsque la clé de contact n’est pas insérée. En effet, celle-ci doit envoyer un signal au boitier de contrôle lorsqu’elle est insérée. Sans elle, le véhicule restera à l’arrêt.

 

Utilisez des dispositifs de traçage

Si le voleur effectue un « home jacking » en s’emparant de vos clés dans votre demeure, il prendra possession de votre voiture sans difficulté. Il se peut aussi qu’il ait trouvé un moyen de contourner tous les dispositifs présents et qu’il se soit enfui avec votre véhicule. Dans ce cas, il vous sera difficile de récupérer votre bien, à moins qu’il ne soit équipé d’un traceur GPS. De nombreux modèles sont disponibles sur le marché et certaines voitures en sont initialement équipées. Ce dispositif peut avoir des fonctions variées. Il peut vous notifier rapidement lorsque le moteur est anormalement mis en route. Il peut aussi le couper immédiatement lorsqu’il détecte un démarrage non autorisé. En général, il permet de recevoir la position du véhicule en temps réel.

Lorsque vous décidez de placer un GPS, choisissez un endroit bien discret. Ne laissez aucun câblage qui pourrait aider le voleur à soupçonner sa présence et à le neutraliser vite fait. Essayez aussi de faire preuve d’imagination, car les cambrioleurs expérimentés vérifieront en premier lieu les emplacements les plus courants pour ce genre de dispositif. Un bon antivol voiture se doit toujours d’être discret. De plus, les malfaiteurs s’adaptent souvent avec la technologie, ce qui signifie qu’utiliser un seul moyen de traçage n’est pas toujours suffisant.

Vous avez donc la possibilité de faciliter le traçage en gravant vos vitres. Ce procédé consiste en fait à imposer un numéro de série unique qui sera propre à votre véhicule sur vos vitres. Ce numéro sera inscrit dans la base de données des forces de l’ordre (police, douane…) et permettra d’identifier votre véhicule. Les voleurs auront ainsi plus de difficultés pour revendre votre voiture. Ce procédé est cependant moins direct qu’un GPS et le véhicule peut mettre un certain temps avant de refaire surface.

 

 

Ne confiez pas votre véhicule à n’importe qui

Certaines situations de vol sont traumatisantes et ne sont pas toujours évitables à l’aide des dispositifs de sécurité dont vous disposez. C’est le cas pour le « car jacking » durant lequel le voleur vous agresse physiquement pour prendre possession de votre véhicule. Dans ce genre de situation, seule la présence de GPS et de numéro gravé sur votre vitre pourra vous permettre de retrouver votre voiture.

Dans d’autres cas, le vol peut être fait d’une manière plus dissimulée. Il se peut par exemple que vous mettiez votre voiture en vente et qu’un individu se propose de la racheter. Ne lui remettez surtout pas vos clés soi-disant que ce dernier souhaiterait tester votre véhicule. Le mieux serait que vous l’accompagniez s’il souhaite effectuer des tests.

D’autres voleurs peuvent avoir recours à des stratagèmes plus sophistiqués. La règle générale consiste à ne pas laisser votre voiture aux mains de n’importe quel individu. Évitez aussi de remettre à quiconque vos clés étant donné qu’effectuer une copie de clé est très facile de nos jours.

 

Dernière mise à jour: 13.11.19

 

Afin de profiter d’une bonne musique durant les longs voyages en voiture, équiper celle-ci de haut-parleurs est une alternative intéressante. Il en existe différents modèles sur le marché et le choix va surtout dépendre de vos attentes en matière de sonorisation.

 

Principe de fonctionnement du haut-parleur pour voiture

Le haut-parleur est composé principalement d’une membrane. Généralement, cette dernière est faite de papier. Ce matériau est cependant peu résistant et n’est pas adapté à la puissance et à l’humidité auxquelles il pourrait faire face dans une voiture. C’est la raison pour laquelle les constructeurs l’ont remplacé par des alternatives plus robustes telles que la fibre de carbone ou de verre, le titane, le polypropylène ou encore l’aluminium. C’est en passant par cette membrane que l’énergie électrique transmise au haut-parleur peut être transformée en énergie acoustique.

Mise à part la membrane, le haut-parleur est également composé d’une bobine. Celle-ci va créer un champ magnétique à partir de l’énergie électrique perçue par le haut-parleur. Ce champ magnétique va être à la fois attiré et repoussé par l’aimant qui compose le haut-parleur. Tout en sachant que la bobine est reliée à la membrane, sous les mouvements effectués par le champ magnétique, elle va se mettre également à osciller. C’est ce qui va faire vibrer le haut-parleur. L’air va se retrouver comprimé, ce qui va générer une onde sonore.

Les ondes sonores produites sont respectivement restituées suivant les fréquences des haut-parleurs auxquels elles vont correspondre. Quoi qu’il en soit, la qualité du son émis par un haut-parleur va surtout dépendre des performances de ce dernier. Par ailleurs, si vous êtes à la recherche de haut-parleurs pour votre voiture, vous avez ici une sélection des meilleures offres.

 

 

Les caractéristiques du haut-parleur pour voiture

Lors de l’achat d’un haut-parleur de voiture, il est indispensable d’en connaître ses différentes caractéristiques. Cela vous permettra de voir si un modèle sera en mesure de répondre à toutes vos attentes en matière d’acoustique plutôt qu’un autre. À ce sujet, vous devrez observer les points tels que les dimensions, les diamètres du haut-parleur ainsi que sa puissance. Le nombre de voies dont l’appareil dispose, sa sensibilité ainsi que ses capacités de réponse en matière de fréquence ne seront pas à négliger.

Dans le cas où vous comptez placer vos nouveaux haut-parleurs à la même place que ceux d’origine, vous devrez être très regardant sur les dimensions de l’appareil. De la même manière, vous devrez veiller à ce que les haut-parleurs que vous achetez correspondent à la profondeur des mêmes emplacements.

À part cela, le diamètre d’un haut-parleur peut avoir son importance en fonction de la taille du véhicule dans lequel l’appareil sera installé. Si vous avez par exemple une voiture d’assez grande taille, l’équiper de haut-parleurs de diamètre assez conséquent sera plus apprécié. Cela vous permettra de profiter d’une sonorisation optimale.

Si vous désirez connaître la véritable puissance d’un haut-parleur, il est recommandé de se référer à la fiche technique de l’appareil. Afin d’allier à la fois puissance et qualité, référez-vous à la puissance RMS ou Root Mean Square du haut-parleur.

Par ailleurs, un autre critère qui peut avoir son importance lors du choix d’un haut-parleur est sa sensibilité. Cette dernière va surtout définir le nombre de décibels maximum que le haut-parleur peut délivrer. Les réponses en fréquence quant à elles, correspondront aux fréquences minimales et maximales que vos haut-parleurs vont délivrer.

 

Les haut-parleurs coaxiaux

Même si la famille des haut-parleurs de voiture est vaste, vous trouverez principalement deux grandes catégories de haut-parleurs pouvant être installées dans des véhicules. Le haut-parleur coaxial est la première catégorie de choix qui s’offre à vous. Il est généralement composé d’enceintes à 2 ou 3 voies. Ces dernières seront formées par le médium, le woofer et le tweeter. Pour permettre une propagation optimale du son, les haut-parleurs qui composent ces voies sont placés les uns sur les autres. Ils seront également positionnés sur un même axe vertical.

De par ce même positionnement, ces haut-parleurs ont l’avantage de se monter facilement. Ils ne sont pas non plus encombrants. Au vu de ces avantages, la plupart des automobilistes optent pour ces haut-parleurs pour remplacer les modèles d’origine de leurs véhicules. Les haut-parleurs coaxiaux sont disponibles sous deux formats. Vous pouvez opter pour une forme arrondie ou elliptique selon vos préférences. De même, les tailles peuvent varier suivant les besoins.

Dans l’optique d’améliorer encore plus les haut-parleurs coaxiaux, certains fabricants proposent des modèles dans lesquels le haut-parleur des fréquences aiguës est placé dans la partie centrale du haut-parleur de grave. Les modèles plus sophistiqués vont utiliser un moteur à compression disposant d’un pavillon qui ira se prolonger avec la membrane du boomer.

Il existe toutefois un moyen très simple de profiter d’un bon son sans pour autant investir dans des haut-parleurs coaxiaux trop sophistiqués. L’utilisation d’un amplificateur peut largement vous y aider.

 

 

Les kits séparés

Le haut-parleur de voiture en kit séparé est un petit bijou de la technologie acoustique. Si le modèle coaxial se présente en un seul bloc, celui en kit sera composé de haut-parleurs séparés. Il est par ailleurs relativement plus cher que son homologue coaxial. En fonction des technicités, vous pouvez compter entre 40 et 200 € pour bénéficier d’un haut-parleur en kit séparé.

Sa spécificité réside dans sa forme séparée. Il peut cependant se décliner en 2 ou 3 voies. Ce type de haut-parleur est composé généralement d’un woofer, d’un médium et d’un tweeter séparés les uns des autres ainsi que d’un filtre passif.

L’avantage du haut-parleur en kit éclaté réside incontestablement dans la disposition de ses composants qui pourront être positionnés de manière indépendante dans la voiture. Cela permettra surtout de répartir le son de manière plus optimale pour en obtenir une retranscription sonore plus agréable. Si vous recherchez une qualité optimale de la retranscription sonore, les kits voies éclatées vous offriront de nombreuses possibilités.

Par ailleurs, vous pouvez utiliser des caissons de basses en guise de haut-parleurs pour votre voiture. Ce type d’appareil est beaucoup plus volumineux et se placera généralement dans le coffre du véhicule. En revanche, il se limitera uniquement à la retranscription des basses fréquences.

 

Dernière mise à jour: 13.11.19

 

En utilisant pour la première fois les nouveaux haut-parleurs que vous venez d’acheter en magasin, vous pourriez être surpris par leur qualité moyenne. Rassurez-vous, c’est tout à fait normal. Comparés aux haut-parleurs présentés en magasin, les vôtres auront simplement besoin d’un bon rodage. Après cela vous pourrez apprécier toutes leurs performances.

 

Pourquoi faire un rodage ?

Si vous venez de faire l’acquisition de nouveaux haut-parleurs voiture, ne soyez pas surpris si après plusieurs réglages de votre installation, vous n’arrivez toujours pas à obtenir un son de qualité. Vous ne devrez pas remettre en cause la bonne foi de votre revendeur, car il faut savoir que l’appareil que vous avez écouté en magasin a déjà plusieurs heures d’utilisation à son actif. Ce qui fait que les composants de celui-ci ont largement eu le temps de s’assouplir et de s’adapter à toutes les bandes larges existantes.

Le haut-parleur fait appel aux règles de la mécanique pour transformer l’énergie en son. Il doit ainsi solliciter tous les éléments qui le composent pour que ces derniers travaillent à l’unisson afin de sortir une énergie acoustique. La souplesse d’un appareil fraîchement sorti du magasin ne sera pas la même que celle d’un appareil ayant déjà fonctionné plusieurs heures d’affilée. Vous devrez donc roder votre nouveau haut-parleur afin que ses suspensions, membranes et autres composants puissent s’ajuster et prendre place pour sortir un son de qualité.

Procéder au rodage de vos haut-parleurs est ainsi important. Sans cela, ils ne pourront pas utiliser toute l’étendue de leurs capacités acoustiques. Mais le rodage peut demander un certain temps. Ce dernier n’est pas précis et va surtout dépendre de la fréquence d’utilisation des haut-parleurs ainsi que de leurs tailles.

 

 

Combien de temps dure ce rodage ?

La durée d’un rodage varie en fonction de l’appareil. Les spécialistes du domaine de l’acoustique ne peuvent pas donner de délais précis, car différents paramètres peuvent entrer en ligne de compte. En revanche, ce qui est certain, c’est que cela demande un certain temps. En fonction de l’appareil, cela peut aller de 5 à 100 heures.

Si vous voulez profiter le plus rapidement possible de toute l’étendue de vos haut-parleurs dans ce cas, vous ne devrez pas faire l’impasse sur le rodage. Le principe consiste qui plus est à faire bouger tous les composants de votre appareil (membrane, suspension, spider…) de sorte à les assouplir le plus possible. Pour y parvenir, ce n’est pas bien compliqué. Il vous suffit de passer des larges bandes variées à des volumes plus ou moins changeants.

Pour vous donner une petite idée, sachez par exemple que le rodage des haut-parleurs volumineux peut s’étaler sur plusieurs semaines. Cela s’explique par le fait qu’ils seront moins sollicités à cause de leurs grandes tailles. Si en revanche vous souhaitez roder de petits haut-parleurs, les solliciter avec des musiques à fort niveau de volume et à des fréquences variées vous permettra de réduire le temps de rodage. Il est cependant déconseillé d’éprouver votre nouvelle acquisition en mettant des sons trop agressifs à des volumes surélevés dès ses premières utilisations. Cela n’aura pour effet que de causer des dysfonctionnements qui pourraient être irréversibles sur votre appareil.

 

Comment procéder au rodage de ses haut-parleurs de voiture ?

Si vous désirez procéder au rodage de vos haut-parleurs de voiture, la bonne méthode est de procéder par étape. Pour commencer, faites passer des musiques avec des basses moins prononcées. Vous devrez également le faire en gardant un volume sonore moyen. Il est conseillé d’utiliser vos haut-parleurs pendant un minimum de 20 heures durant lesquelles vous pourrez faire varier le son.

Le mieux serait de saccader ces vingtaines d’heures en des sessions de rodage de 3 à 4 heures chacune. Après chaque session, laissez vos haut-parleurs se reposer avant de reprendre de plus belle. Afin d’assouplir continuellement les composants de vos haut-parleurs, vous pourrez commencer à faire passer des morceaux de plus en plus variés. Au fur et à mesure, pensez également à monter de temps en temps le volume, sans pour autant passer dans l’excès.

Une fois les 20 heures de premier rodage passées, vous pourrez déjà commencer à utiliser normalement vos haut-parleurs. Par ailleurs, la qualité acoustique de ces appareils pourra encore s’améliorer et se bonifier au fil de vos utilisations. Dans le cas des enceintes de grande taille par exemple, le temps minimal de rodage est estimé à près de 50 heures. Il peut toutefois arriver que passé ce délai, certains haut-parleurs s’améliorent encore.

Ce n’est qu’une fois le temps de rodage passé que vous pourrez réellement apprécier les performances acoustiques de vos haut-parleurs.

 

 

Quelques astuces pour accélérer le rodage

Comme vous l’aurez sans doute compris, le rodage des haut-parleurs nécessite du temps. Il vous faudra donc être très patient. Toutefois, si vous n’avez pas la patience d’attendre plusieurs semaines avant de profiter de la qualité sonore de vos haut-parleurs, sachez qu’il existe quelques astuces qui pourront vous aider à accélérer ce temps de rodage. Rassurez-vous, cela n’aura aucune conséquence négative sur la qualité de vos appareils, bien au contraire.

Le grand fabricant américain d’appareils acoustiques, JBL, avance une méthode peu orthodoxe qui pourra vous aider à réduire de plusieurs heures le temps de rodage de vos haut-parleurs. Le principe consiste à mettre les enceintes face à face et à les brancher en phase opposée. Une fois les haut-parleurs placés de la sorte, faites passer une musique dont le niveau de grave sera assez faible. Vous pourrez vous aider en ajustant l’égaliseur de votre appareil. En étant placées de la sorte, presque collée l’une à l’autre, les enceintes vont s’exercer mutuellement des pressions, surpression et dépression qui va leur permettre d’accélérer le rodage.

Autrement, vous pouvez utiliser des CD de rodage spécialement dédiés à cet effet. Ce type de CD contient des sons ayant des fréquences très spécifiques. Ils seront alternés aléatoirement et permettront de réduire d’un dixième le temps de rodage de vos haut-parleurs.

À part cela, vous pouvez aussi faire passer un bruit rose en continu à volume modéré. Bien que cette technique puisse en agacer plus d’un, elle reste tout aussi efficace. Vous n’aurez qu’à laisser tourner en boucle le bruit rose durant quelques heures avant d’éteindre vos haut-parleurs. Procédez de la même manière durant quelques jours d’affilée et vos haut-parleurs seront rapidement rodés.

 

Dernière mise à jour: 13.11.19

 

Équiper votre voiture d’un ampli et de haut-parleurs perfectionnés ne suffit pas pour vous permettre de profiter d’un bon son dans votre véhicule. Afin que vous puissiez bénéficier d’une qualité de son optimale, il est en effet nécessaire de procéder au bon paramétrage de votre matériel.

 

Réglage du gain

Même si vous avez opté pour le meilleur haut-parleur voiture, cela ne sera pas suffisant pour profiter d’un bon son. Vous devrez dans un premier temps, procéder à des ajustements sur l’ensemble de votre installation pour obtenir une bonne qualité de son. Pour ce faire, paramétrez le gain de votre ampli afin d’éclaircir le son jusqu’au plus haut niveau possible tout en veillant à ne pas dépasser les limites de distorsion.

Vous devrez d’abord faire descendre à zéro le gain de votre ampli. Ensuite, montez le volume de votre autoradio jusqu’au 3/4 de sa puissance. Afin de juger de la qualité du son émis, mettez un morceau de musique que vous connaissez bien. Ce ne sera pas forcément votre musique préférée, mais elle devra avoir une instrumentation riche et variée ainsi que de la voix. Lors de ce test, mieux vaut éviter les sons trop agressifs. Une fois la musique en marche, montez progressivement le gain de votre ampli. Commencez par le gain des médiums et aigus avant de passer à celui du subwoofer.

Lors de cette étape, veillez à toujours rester attentif au son de la musique qui est reproduite. Une fois que vous aurez jugé avoir trouvé la limite de distorsion, il ne vous restera plus qu’à redescendre d’un iota. Vous avez maintenant le point de fonctionnement maximum de votre haut-parleur.

Il faut savoir que le gain ne consiste pas à régler le volume de votre appareil. C’est surtout le paramétrage du niveau d’entrée de l’amplificateur. Ce réglage se fait en fonction de la tension de sortie de votre autoradio. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il est exprimé en Volts.

 

 

Paramétrage du filtrage

Cette étape doit surtout se faire en fonction des goûts de tout un chacun. Il n’existe pas de règle spécifique qui fait qu’un réglage est mieux qu’un autre. Ce paramétrage va également dépendre du type d’amplificateur et de haut-parleur que vous allez utiliser ainsi que des conditions de montage et de votre voiture.

D’une manière générale, les filtres se présentent sous trois formes. Le passe-haut permettra à votre ampli de filtrer les fréquences qui seront supérieures à celle choisie. Le passe-bas, à l’inverse, laissera filtrer les fréquences inférieures à celle choisie. La combinaison des deux filtres sera appelée le passe-bande.

D’une manière générale, ce sont les enceintes de l’habitacle qui seront filtrées. Les fréquences filtrées à l’avant et à l’arrière se feront en passe-haut. Cela vous permettra de profiter d’un son plus harmonieux. Ainsi, à chaque fois des basses sont lancées, vous n’aurez pas à subir des graves trop prédominants. Pour parvenir au parfait réglage, vous devrez vous fier à votre ouïe tout simplement. Par ailleurs, la qualité et la puissance du son vont surtout dépendre de la taille de votre ampli.

Le subwoofer devra, quant à lui, être utilisé en passe-bas. À ce moment, vous devrez également trouver le bon ajustement pour avoir un rendu plus harmonieux entre frappe et propreté du son. Afin d’obtenir un bon rendu, une astuce consiste à le brancher à l’envers. Pour ce faire, branchez-le (+) sur le (–) et inversement.

 

Amélioration de la scène sonore et du décalage temporel

La scène sonore est comparable à une scène de spectacle. Lors d’un concert, le son provient tout droit du devant de la scène. De la même manière, lorsque vous écoutez de la musique dans votre voiture, le son devra émaner de l’avant du véhicule et non de l’arrière. Vous devrez donc trouver le bon niveau de réglage pour ajuster au mieux le plan de la largeur et de la hauteur du niveau sonore émis par vos haut-parleurs. Si en allumant votre autoradio ce sont les haut-parleurs à l’arrière qui prédominent, il vous suffira de descendre directement leur niveau depuis l’amplificateur.

Mis à part l’ajustement du plan de largeur et de hauteur de votre scène sonore, vous devrez également prendre en compte la largeur et la profondeur de la scène. Vous devez pouvoir repérer dans l’espace le positionnement des différents instruments pour ce faire. Afin de bénéficier d’une scène sonore bien positionnée, vous devrez apprendre à sentir la musique tout en l’écoutant. D’une certaine manière, les différents instruments de musique joués se positionnent dans l’espace. Pouvoir les positionner de manière précise peut être une étape assez complexe, surtout si vous n’avez aucune notion de l’espace. Pour vous aider à ajuster votre scène sonore de la bonne manière, certains autoradios disposent d’une fonctionnalité intéressante qui est le décalage temporel.

Si en revanche vous ne disposez pas de cette option sur votre autoradio, vous pouvez toujours vous aider de CD spéciaux. Vous pouvez par exemple mettre le CD de IASCA et déplacer la scène sonore en fonction des instruments joués. À ce moment, non seulement vous devrez faire varier les fréquences, mais aussi changez le positionnement des haut-parleurs.

 

 

Égalisation des fréquences

Cette étape vous permettra de paramétrer efficacement vos amplis de sorte que le son donne un excellent rendu, peu importe le type de musique joué. En procédant à une égalisation des fréquences, vous devrez trouver le parfait équilibre entre les basses, les graves et les aigus. Pour ce faire, vous devrez avoir une écoute très attentive de la musique qui passe. Corrigez les fréquences de l’aigu qui auraient tendance à devenir un peu trop criardes. De la même manière, rectifiez les graves qui pourraient être un peu trop traînantes.

Dès que vous sentez qu’une fréquence aiguë tend à trop se rapprocher des sons criards, procédez à une égalisation en tendant vers le bas. Par ailleurs, trop agir dans les tons graves peut conduire à une altération de la sonorité dans les aigus, et inversement. Il est toutefois recommandé de baisser le niveau de fréquence trop aiguë plutôt que de monter les fréquences basses. L’utilisation d’un égaliseur multibande vous permettra de profiter d’un réglage de précision. En revanche, il faut savoir qu’une égalisation trop poussée peut détruire la qualité de la sonorité, en particulier celle des timbres vocaux. Le mieux sera donc de chercher le juste milieu sans trop en faire non plus.

 

Dernière mise à jour: 13.11.19

 

Vous avez acheté une voiture, mais la qualité du son émis par l’autoradio ne vous satisfait pas. Il se peut que le haut-parleur du véhicule soit de faible qualité. Si tel est le cas, il aura besoin d’être boosté pour libérer une sonorisation de meilleure qualité. Vous devrez de ce fait le brancher avec un ampli auto.

 

Commencez par choisir le bon haut-parleur

La performance du haut-parleur de voiture va varier en fonction du type de véhicule. Il se peut qu’il ne vous offre pas une qualité optimale pour vous permettre d’apprécier un bon son. Pour pouvoir profiter d’une répartition optimale du son et de la musique, il est possible de changer vos haut-parleurs. La puissance fournie par ces appareils va surtout dépendre des fabricants ainsi que des différents modèles présents sur le marché.

D’une manière générale, le haut-parleur ou HP est un appareil qui permet de modifier l’énergie électrique en énergie mécanique avant de la restituer en énergie acoustique. Le HP est habituellement composé de membranes en papier. Cette constitution n’est cependant pas très adaptée à la puissance et à l’humidité généralement rencontrées dans une voiture. Heureusement, des modèles plus résistants ont vu le jour pour permettre aux usagers de bénéficier de haut-parleurs plus résistants et performants dans leurs véhicules.

Certains HP sont composés de membranes faites en fibre de verre ou de carbones, en aluminium, en polypropylène, en titane ou encore en magnésium. Les meilleurs haut-parleurs voiture seront ceux qui offriront une excellente reproduction du son et qui sauront s’adapter aux fréquences diverses. Les modèles varient cependant en fonction des performances fournies et le choix se fera selon les attentes de tout un chacun.

Le modèle le plus petit dans la gamme des haut-parleurs est le Tweeter. Malgré une membrane de diamètre compris entre 12 et 30 mm, cet appareil est capable de reproduire des fréquences aigües comprises entre environ 5000 et 20 000 Hz. Avec une membrane de diamètre comprise entre 50 et 100 mm, le haut-parleur medium quant à lui, reproduira des fréquences moyennes de qualité qui seront comprises entre 500 et 5000 Hz. Les fréquences les plus graves seront en revanche reproduites à la perfection par le Woofer. Sa membrane mesure entre les 100 et 165 mm de diamètre. Les fréquences comprises entre 50 et 500 Hz seront reproduites efficacement. Ce haut-parleur peut également reproduire près de 80 % du son.

 

 

Brancher un haut-parleur à un amplificateur suivant la méthode classique

Avant de brancher un haut-parleur à l’amplificateur de votre véhicule, il faut prendre en compte certains paramètres. Vous devez avant tout savoir que l’amplificateur doit être compatible avec la configuration multimédia de votre voiture. Par ailleurs, les amplificateurs disposent d’une impédance minimale à respecter pour que les haut-parleurs à brancher puissent fonctionner correctement. Pensez à vérifier en premier cette impédance minimale et veillez à ce que celle de votre haut-parleur soit supérieure ou égale à celle de votre amplificateur dans ce cas. Cela vous évitera également d’abîmer votre matériel.

Le haut-parleur sera par ailleurs alimenté par l’amplificateur. C’est ce dernier qui lui fournit la puissance électrique nécessaire qui lui permettra par la suite de transmettre le son. L’impédance du haut-parleur est exprimée en Ohms et dans le cas d’une voiture, elle est généralement égale à 4 Ohms.

Afin de brancher un amplificateur aux haut-parleurs de votre véhicule, vous pouvez procéder de différentes manières. La méthode la plus courante consiste cependant à brancher le haut-parleur sur chaque canal de l’amplificateur. Vous devrez cependant toujours utiliser un amplificateur d’impédance compatible avec celle de vos haut-parleurs.

 

Le principe du branchement en parallèle

L’amplificateur peut être considéré comme étant une source génératrice de tension. Cela permet de mieux comprendre la relation de compatibilité entre un amplificateur et un haut-parleur. Il faut également savoir que la capacité de l’amplificateur à fournir du courant reste très restreinte.

Si vous rajoutez parallèlement un haut-parleur supplémentaire à celui déjà branché à l’amplificateur, ce dernier devra générer un courant supplémentaire. Bien que l’amplificateur puisse délivrer une puissance totale plus élevée, cela risque de le faire chauffer davantage. Sur le long terme, les composants de cet élément peuvent se mettre à griller ou vont se mettre en protection. Par ailleurs, à mesure que l’impédance d’un haut-parleur est faible, l’amplificateur devra fournir un courant plus élevé. Dans la pratique, utiliser un haut-parleur de 8 Ohms ne sollicitera pas l’amplificateur. En revanche, un haut-parleur de 4 Ohms ou encore 2 haut-parleurs de 8 Ohms branchés en parallèle vont lui demander plus d’effort.

Puisque le branchement en parallèle aura pour objectif de faire baisser l’impédance totale des haut-parleurs, vous devrez utiliser un amplificateur adapté. Si vous branchez par exemple en parallèle 2 haut-parleurs de 8 Ohms sur un amplificateur, l’impédance totale des HP sera de 4 Ohms. Le branchement en parallèle de deux haut-parleurs de 4 Ohms en revanche donnera une impédance totale de 2 Ohms.

Pour procéder aux branchements en parallèle de 2 haut-parleurs, vous devrez souder ensemble les 2 fils rouges partant du (+) du bornier, sur les bornes (+) des haut-parleurs. Vous devrez ensuite faire de même avec du fil noir partant du (—).

 

 

Comment effectuer un branchement en série ?

De la même manière que pour un branchement en parallèle, celui en série consiste à relier deux haut-parleurs sur le canal d’un même amplificateur. En revanche, ce type de branchement va permettre d’augmenter l’impédance totale fournie par les deux haut-parleurs. D’une manière générale, brancher 2 haut-parleurs en série permet d’en multiplier l’impédance par 2.

Si vous branchez par exemple 2 haut-parleurs de 4 Ohms en série, vous obtiendrez une impédance totale de 8 Ohms. À ce titre, le branchement en série est la méthode la plus sécuritaire pour préserver vos haut-parleurs surtout si vous ignorez leur impédance. L’inconvénient du branchement en série réside néanmoins dans la qualité sonore de vos haut-parleurs qui peut s’en trouver altérée.

Si vous décidez malgré tout d’opter pour cette méthode, vous devrez former une sorte de boucle lors du branchement de vos appareils. Pour ce faire, reliez le (+) du bornier au (+) du premier haut-parleur. Ensuite, connectez le (—) de ce même haut-parleur au (+) du second HP. Une fois que c’est fait, vous devrez brancher le (—) du second haut-parleur vers le (—) du bornier.

 

Dernière mise à jour: 13.11.19

 

De son abréviation Global Positioning System, le GPS est un petit gadget technologique qui permet d’obtenir les coordonnées précises d’un point sur n’importe quelle partie du globe. Bien que le GPS se décline sous différents types, il est toutefois possible de faire quelques ajustements pour adapter un GPS auto sur sa moto.

 

Les particularités du GPS moto

Pour une utilisation optimale, il est mieux d’utiliser un GPS adéquat sur sa moto. En mer, dans les airs ou sur la route, cet appareil aide les conducteurs à atteindre facilement leurs destinations. Le GPS devient un allié de taille lors des grands voyages en terre inconnue dans ce cas.

Une fois mis sous tension, cet appareil capte les signaux renvoyés par près de 27 satellites gravitant autour de la Terre. Les coordonnées sont obtenues par triangulation des données fournies en temps réel. Ce qui lui confère une grande précision.

La localisation d’un point donné est retransmise en degré par minute et seconde, en longitude et en latitude. Ces informations sont associées à une cartographie enregistrée dans le GPS. Le conducteur n’aura plus qu’à suivre les indications données par l’appareil pour atteindre la destination souhaitée.

L’appareil représente une aide inestimable dans les lieux reculés. Certains modèles bénéficient même des dernières avancées en matière de technologie. Afin de satisfaire certains passionnés de motos dans ce cas, les fabricants ont développé des GPS moto capables de prendre en compte les routes sinueuses. Ce type de gadget peut ainsi indiquer aux conducteurs les routes qui offriront les meilleurs virages. Les fabricants tels que TomTom proposent aujourd’hui ce type de gadget à tous les passionnés de route.

Les points d’intérêts vont également diverger en fonction des véhicules utilisés. Un GPS utilisé sur une grosse voiture sera par exemple plus enclin à indiquer avec précision les stations d’essence les plus proches ou encore les lieux qui seront les plus adaptés aux stationnements des véhicules de type caravane, camping-car, etc. De la même manière, les points d’intérêts indiqués par le GPS moto seront spécifiquement en adéquation avec une moto.

Par ailleurs, certains GPS moto fonctionnent aujourd’hui avec la technologie Bluetooth. Cela facilite grandement leur utilisation. Le conducteur peut ainsi relier son GPS avec d’autres appareils et il sera également en mesure de recevoir des appels directement depuis son GPS.

 

 

Différences entre GPS moto et voiture

Le premier point à soulever est le système de fixation du GPS. Ce dernier varie en fonction du type de véhicule utilisé qu’il s’agisse de voiture, de camion, de vélo, de moto, etc. Certains modèles de GPS disposent cependant d’un système de fixation compatible avec n’importe quel véhicule. Il faut toutefois savoir que pour une utilisation sur une moto, cette fixation devra être plus robuste que pour un usage dans une voiture. Le GPS sera amené à subir plus de chocs et fera face à des intempéries plus violentes sur une moto.

Le deuxième point à soulever concerne la conception du boîtier de l’appareil. Ce dernier doit suivre des normes en fonction de l’usage auquel l’appareil sera destiné. Les normes diffèrent également en fonction des véhicules. Un GPS moto qui respecte la norme IPx7 sera plus robuste et résistera mieux aux diverses intempéries telles que les coups de soleil intenses, les pluies, le vent ou encore la neige. Il sera également important que le GPS moto puisse endurer les secousses à répétition, les projections de buées, de vapeur ou encore de carburants. À l’inverse, le GPS voiture ne sera pas conçu pour résister à de telles attaques. Compte tenu du fait que ce dernier sera entièrement protégé dans l’habitacle du véhicule dans lequel il sera fixé.

Le troisième point à soulever sera l’écran tactile de l’appareil. Bien que tous les modèles de GPS moto ou auto bénéficient d’écran de taille plus ou moins similaire, la sensibilité de leurs tactiles va également différer. Le tactile du GPS moto répondra plus facilement même si le conducteur porte des gants tandis que celui destiné à une voiture sera moins sensible.

 

Utiliser votre GPS auto sur votre moto

Au vu des différentes particularités dont bénéficie le GPS moto, l’appareil reste relativement plus cher que son homologue destiné aux voitures. Ceux qui ont un budget assez restreint seront donc soulagés de savoir qu’il est possible de brancher son GPS auto sur sa moto. Le fonctionnement de ces appareils reste relativement similaire. Seules les conceptions des boîtiers et les fixations diffèrent.

Le GPS auto dispose en effet des mêmes fonctionnalités telles que l’assistance d’urgence, routière et le service de surveillance. La seule différence serait le niveau de résistance de l’appareil qui sera moins prononcé que celui du GPS moto. Afin de pallier ce problème, il est cependant possible d’utiliser certains accessoires. Vous devrez par exemple vous munir d’un kit de fixation dédié à un GPS moto. Cela vous permettra de sécuriser votre GPS auto afin qu’il puisse mieux résister sur un engin à deux roues.

 

 

Les fabricants tels que Garmin, Tom Tom ou encore Tripy proposent une large gamme de choix. Certains modèles de supports disposent même d’un système de verrouillage. Les kits de fixation sont généralement livrés avec des supports de fixation. Une clé dédiée vous permettra de modifier l’angle de présentation de votre GPS dans ce cas. L’appareil devra également être utilisé avec un casque audio pour vous aider à vous orienter sans avoir à quitter la route des yeux.

Afin de protéger le GPS de manière efficace, vous devrez le placer dans le boîtier livré avec le kit. Vous n’aurez ensuite qu’à faire sortir les câbles du GPS par l’ouverture située dans le coin inférieur du boîtier. Dans le cas où vous envisagez de placer votre GPS sur le guidon, le support devra être de diamètre compatible à ce dernier. Pour charger votre GPS, il sera important d’installer une prise de 12V munie d’un fusible de 15 A. Cette prise sera à connecter directement à la batterie de votre moto. Du côté de la batterie, votre GPS devra pouvoir se brancher avec un câble USB 2.0. Pour ce qui est du bout de charge, il devra être branché avec un mini USB.

Par ailleurs, il vous est également possible d’adapter facilement votre GPS auto à votre moto en utilisant une sacoche souple. Cet accessoire se fixe sur le guidon de la moto à l’aide de bandes velcro. Un écran transparent en plastique vous permettra alors de voir facilement l’écran. Ce dernier ne facilitera pas forcément la lecture, car il est trop souvent sujet à des reflets gênants sur la route. Néanmoins, cette sacoche aura l’avantage de protéger efficacement votre GPS contre les intempéries.

 

Dernière mise à jour: 13.11.19

 

En fonction de votre destination, la route pour les vacances peut paraître longue et ennuyeuse, surtout si vous vous retrouvez dans un bouchon. Le soleil apporte en plus sa part durant cet exode estival. Voici trois conseils de base pour permettre de vaincre la chaleur de l’été sur la route.

 

Utilisez les accessoires livrés en série sur votre véhicule

De votre point de départ à votre destination pour les vacances, vous aurez à avaler de nombreux kilomètres. Avec la présence généreuse du soleil de bon matin, et surtout la température élevée qu’il apporte, la partie peut ressembler parfois à un parcours du combattant, notamment lorsque vous vous retrouvez sur l’autoroute, pris dans un embouteillage monstre. La chaleur monte au sens propre comme au sens figuré. Mais pour maintenir une ambiance agréable et apporter un souffle d’air frais dans votre habitacle, vous pouvez tout simplement vous servir des accessoires qui existent en série dans votre voiture.

Le premier geste naturel consiste à baisser les vitres des portières. Toutes les voitures en sont équipées à l’avant comme à l’arrière. Selon la vitesse à laquelle vous pouvez rouler, vous aurez le choix de les ouvrir un tout petit peu si vous prenez une allure assez conséquente. À vitesse moyenne, vous pouvez les garder à moitié fermées. Par contre, si vous vous retrouvez presque à l’arrêt à cause d’une circulation bloquée et réglementée, vous pouvez opter pour une ouverture totale. Le fait de laisser les vitres ouvertes vous permet tout simplement d’évacuer l’atmosphère lourde et réchauffée de l’intérieur de votre habitacle. L’atmosphère extérieure, malgré la chaleur caniculaire, sera toujours plus fraîche, et elle viendra s’engouffrer dans votre voiture pour apporter un souffle d’air frais au sens propre du terme.

Ensuite, de plus en plus de voitures disposent aujourd’hui d’un toit ouvrant doublé. En le laissant bien ouvert et en gardant la doublure synthétique bien fermée, vous permettrez à la chaleur intérieure de s’évacuer par le haut. L’air qui reste dans l’habitacle restera de ce fait moins accablant, et conjugué avec les vitres ouvertes, le cycle vous aidera à maintenir une température correcte à l’intérieur du véhicule. Bien entendu, le degré d’ouverture dépend de votre vitesse de croisière, exactement comme pour le niveau d’ouverture des vitres. Ne pensez surtout pas qu’en ouvrant tout en grand alors que vous roulez à 120 kilomètres à l’heure, vous bénéficierez d’une fraîcheur en permanence. Cette hypothèse est vraie, mais elle vous ouvre également la porte à un coup de froid assuré. Ce serait un comble de prendre froid en plein été.

Enfin, vous pouvez également recourir à des accessoires de confort livrés avec votre auto. Auparavant figurant comme des options payantes, la climatisation est devenue aujourd’hui un système indispensable livré en série. Au besoin, vous pouvez vous en servir dans le cas où les deux précédentes démarches ne vous conviendraient pas. Système de confort par excellence, la climatisation ou l’air conditionné équipe désormais tous les véhicules récents, et peut même être installé sur les anciens. Cependant, vous devez vous rappeler que ce système augmente de manière conséquente votre consommation en carburant. Par extrapolation, vous contribuez ainsi à l’augmentation de CO2 rejeté, et donc au réchauffement de la planète. Ainsi, même si la climatisation apporte un confort certain, la mettre en marche constitue un geste qui n’est pas vraiment responsable. Mais bon, un usage modéré restera toujours tolérable.

 

 

Munissez-vous d’accessoires additionnels

Que vous disposiez d’une voiture dernier cri ou d’un modèle ancien, vous aurez toujours la possibilité de rajouter quelques équipements utiles pour votre bien-être. En ce qui concerne votre long trajet pour les vacances, vous devez garder en tête les rayons du soleil et la chaleur conséquente. Pour vous en protéger efficacement, l’investissement le plus simple, mais aussi le moins cher consiste à acheter un bon pare-soleil voiture. Les nombreux modèles existants vous permettent de choisir pour les différentes places dans votre voiture. En effet, cet accessoire ne se destine plus uniquement pour le pare-brise et l’avant de votre auto. Désormais, il se décline en plusieurs types, de sorte à pouvoir les mettre pour les vitres latérales, la lunette arrière et même le toit ouvrant. Il vous suffit de choisir le concept qui vous convient, à savoir un modèle à ventouse ou à enrouleur, entre autres. Vous pouvez même opter pour le film pour vitrage qui vous protègera totalement des rayons ultraviolets néfastes pour la peau en cas de longue exposition. Toutefois, veillez à prendre en compte la réglementation en ce qui concerne la pose de film sur vos vitres.

Par ailleurs, si votre véhicule ne dispose pas d’un système de climatisation, vous pouvez quand même avoir la possibilité de profiter d’un souffle d’air frais à l’intérieur de votre auto. En effet, il vous suffit d’acheter un mini ventilateur pour voiture. Il s’agit d’un accessoire que vous pouvez fixer n’importe où dans votre voiture, sur le tableau de bord, sur la plage arrière ou au plafond. Généralement alimenté par la batterie, vous avez juste à le brancher à l’allume-cigare pour le faire fonctionner. Toutefois, utilisez-le à une puissance raisonnable même s’il fait très chaud. Dans un espace fermé comme un habitacle de voiture, l’utiliser à vitesse maximale équivaut à rouler pied au plancher avec les vitres grandes ouvertes. Résultat : encore un coup de froid en pleine canicule.

 

 

Adoptez des gestes logiques

Dans votre voiture, vous subissez également les méfaits d’un soleil trop généreux et de la chaleur étouffante, sans compter les effets des rayons ultraviolets. De ce fait, n’attendez pas d’être à la plage pour vous enduire d’une crème de protection solaire. La température accentuée par la pression dans votre habitacle suffit pour attaquer votre peau. Par ailleurs, préférez des vêtements en coton léger et à manches longues, au lieu des débardeurs et autres vêtements légers qui exposent plus de surface de peau aux rayons solaires. Ils vous tiendront peut-être au chaud, mais ils vous éviteront les traces disgracieuses au moment de vous déshabiller. Enfin, buvez régulièrement de l’eau à température ambiante.

 

 

 

 

Dernière mise à jour: 13.11.19

 

Disposer de l’électricité à volonté équivaut presque de nos jours à un besoin fondamental. Le courant électrique est devenu un produit de première nécessité. Facile à acquérir en mode sédentaire, cette source d’énergie peut maintenant vous suivre dans tous vos déplacements. Le convertisseur assure l’alimentation de vos appareils en déplacement.

 

Caractéristiques générales du convertisseur allume-cigare

Un convertisseur est un appareil qui permet de transformer un courant continu de 12V en un courant alternatif de 220V. L’objectif consiste à faire fonctionner des appareils électriques sans devoir dépendre du réseau de distribution officiel. L’utilisation originelle se destinait à des fins de compensation ou d’alternative en cas de panne électrique. Aujourd’hui, le convertisseur a réussi à couvrir avec succès un autre besoin : celui de disposer de courant électrique durant les déplacements. Grâce à l’arrivée du convertisseur allume-cigare, vous pouvez désormais apporter la plupart de vos appareils électriques pour vous simplifier la vie.

Du simple trajet entre le domicile et le bureau aux escapades en milieu isolé, ce petit accessoire à brancher sur votre allume-cigare vous facilite effectivement la vie. Il vous permet de charger votre Smartphone le temps d’arriver à votre poste de travail, ou de faire fonctionner votre bouilloire pour un café bien chaud le matin en rase campagne. Cependant, avant de sélectionner votre convertisseur 12V 220V, vous devez prendre en compte les quelques connaissances ci-après, afin de bien calculer la puissance qui convient à votre usage.

 

Particularités des convertisseurs

La capacité de transformer le courant délivré par la batterie de votre voiture en source électrique pour alimenter vos appareils électriques et électroniques s’avère être d’une utilité indiscutable. Cependant, l’usage du convertisseur nécessite au préalable de connaître l’usage, et surtout la puissance des équipements pour lesquels vous les destinez. Il faut savoir avant tout que les convertisseurs se répartissent en quatre sortes principales, dont deux en particulier doivent retenir votre attention au moment de calculer la puissance que vous voulez en tirer.

Nous passerons donc les détails sur le convertisseur à signal carré, qui est d’ailleurs un modèle en voie de disparition du fait de sa médiocrité, et le modèle pour couplage réseau, qui se destine surtout à un raccordement au réseau officiel. En fonction de l’usage final, vous devrez opter pour un convertisseur allume-cigare pseudo sinus ou pur sinus. Le premier fournit un courant alternatif presque semblable aux propriétés de l’énergie fournie par une prise domestique. Le second quant à lui vous permet de bénéficier d’une qualité totalement identique à l’électricité distribuée par le réseau officiel. Une installation successive de cartes et de filtres qui éliminent tous les angles du signal permet de fournir une sinusoïdale parfaite, offrant ainsi une possibilité de fonctionnement optimal pour vos appareils.

 

 

Seuil de puissance en mode inductif

De leur côté, vous devez savoir qu’il existe deux modes de fonctionnement pour les équipements électriques que vous utilisez. La première catégorie regroupe le matériel électrique que les spécialistes appellent sous la qualification d’inductif. Autrement dit, ces appareils fonctionnent à la suite de l’excitation fournie par un courant à induction. En termes profanes, cette expression signifie que ces équipements nécessitent un courant de puissance deux à trois fois supérieure à leur puissance nominale pour fonctionner. En guise d’exemple, si la fiche technique indique une puissance de fonctionnement de 100W, cette information signifie que cette machine nécessite une puissance de 200 à 300W pour démarrer.

Ce pic de puissance (également appelé puissance de crête) ne dure que quelques secondes, nécessaire pour le lancement du moteur. Ensuite, cette puissance redescendra progressivement jusqu’à la puissance normale de fonctionnement en continu. Ce groupe rassemble généralement les appareils fonctionnant avec un moteur électrique à compresseur comme les mini-réfrigérateurs ou les glacières, les aspirateurs pour voiture ou le chauffe-eau dans votre camping-car. Compte tenu de leurs caractéristiques techniques, ces appareils peuvent se contenter d’un convertisseur 12V 220V pseudo sinus.

 

Seuil de puissance en mode résistif

La seconde catégorie de matériel électrique se regroupe dans un ensemble qualifié de résistif. Comme le mot l’indique assez logiquement, ce sont des appareils qui fonctionnent grâce à un résistor, appelé « résistance » par le commun des mortels. Contrairement au groupe précédent, les équipements de cette catégorie consomment une quantité d’énergie linéaire aussi bien au démarrage qu’en fonctionnement de croisière. Pour illustrer, un appareil indiqué avec une puissance de 100W consommera effectivement 100W au démarrage, durant toute la période de son fonctionnement, et à la fin de son utilisation.

En général, ce groupe renferme surtout les appareils électroménagers sédentaires ou nomades que vous utilisez à la maison, et que vous pouvez emporter avec vous pour un weekend en camping par exemple. Un ordinateur portable, une télévision, une cafetière électrique ou une bouilloire appartiennent à cette catégorie d’objets, entre autres. Pour cet ensemble, un convertisseur 12V 220V pur sinus est vivement conseillé. En effet, les appareils électroniques nécessitent un courant de bonne qualité pour pouvoir fonctionner de manière optimale. Dans le cas contraire, des détériorations risquent d’arriver assez vite.

 

 

Mode de calcul de puissance

Quel que soit le type d’appareil que vous allez utiliser, vous devez déterminer la puissance totale nécessaire pour choisir votre convertisseur allume-cigare. L’objectif consiste à disposer de la puissance nécessaire pour le fonctionnement des différents appareils à brancher, sans que ces derniers ne se retrouvent sous-alimentés. En parallèle, cette opération permettra à votre convertisseur de ne pas délivrer plus de puissance qu’il ne peut en fournir, au risque de le détruire.

Pour disposer de la réserve suffisante, vous devez tout simplement totaliser la puissance de tous vos appareils, et vous équiper d’un convertisseur dont la puissance est supérieure à cette somme. Par exemple, vous allez utiliser un ordinateur portable de 80W, une télévision de 120W, un mini réfrigérateur de 150W et un chargeur pour Smartphone de 50W. Le tout fait un total de 400W, mais sachant que le frigo est un appareil inductif, prévoyez 300W supplémentaires pour le démarrage. Vous devrez ainsi équiper votre véhicule d’un convertisseur allume-cigare de 700 W pour couvrir tous vos besoins en usage simultané.

 

 

Dernière mise à jour: 13.11.19

 

La route est censée nous mener d’un point d’origine à un lieu de destination bien défini. Mais elle présente de nombreux dangers qui peuvent retarder cette arrivée, ou parfois l’empêcher définitivement. L’éblouissement en fait partie, et constitue même la cause de plusieurs accidents. Voici quelques conseils pour limiter les risques.

 

Définition de l’éblouissement

Il s’agit d’un état passager durant lequel un individu perd temporairement, de façon partielle ou totale, son acuité visuelle. L’éblouissement survient généralement lorsque les yeux passent d’un environnement obscur vers un autre bien éclairé. C’est souvent le cas quand vous sortez d’un long tunnel. Il peut également résulter des effets d’un éclaircissement dirigé droit vers les yeux de manière persistante. Par exemple, lorsqu’une voiture vous suit de près la nuit avec les feux de route allumés, ou encore quand vous voyagez avec le soleil dans les yeux, droit devant. Enfin, il peut aussi se présenter comme le résultat d’une apparition subite d’un éclat lumineux de forte intensité, comme un appel de phare, ou parfois un éclair durant un orage. Dans tous les cas, il en résulte une pupille qui prend toute cette intensité lumineuse de plein fouet, qui se rétracte par réflexe de protection, et qui nécessite un certain temps de réadaptation à la lumière ambiante.

Selon chaque individu, cette phase dure de quatre à dix secondes, durant lesquelles la vision peut aller de sensiblement réduite à totalement altérée. Dans le premier cas, vous voyez quand même, mais vraiment difficilement, dans le second cas, vous ne voyez plus rien du tout. L’éblouissement constitue une origine importante d’accidents sur la route. Il importe alors d’adopter des gestes réfléchis pour en limiter les effets en voiture.

 

 

Comment éviter l’éblouissement le jour ?

Dans la journée, la luminosité naturelle nous permet de voir tout ce qui nous entoure de manière normale. Cependant, l’éblouissement peut toujours se produire, principalement de deux façons. La première survient de manière directe, et elle se représente souvent par le soleil qui brille directement devant ou derrière vous, ce qui vous soumet à rouler avec le soleil dans les yeux. La seconde survient de manière indirecte : il s’agit de la réverbération due à un effet miroir sur les objets brillants ou mouillés. Dans toutes les situations, vous vous retrouvez avec une vision gênée, ce qui risque d’avoir des conséquences graves lorsque vous êtes au volant. Pour pallier à ces risques, vous pouvez recourir à quelques accessoires pour protéger votre vision.

Le premier consiste à installer un bandeau solaire sur le haut de votre pare-brise. Il permet d’atténuer l’intensité de toute source de lumière qui viendrait vous frapper de face. Vous pourrez ainsi garder vos yeux normalement ouverts, sans devoir entrouvrir les paupières pour protéger vos yeux, et éviter ainsi les risques de collisions. Comme on le dit, un accident peut arriver en un clin d’œil. La loi impose cependant une hauteur maximum de 10 centimètres pour le bandeau solaire. Son efficacité reste ainsi réduite à un soleil déjà assez haut dans le ciel, ou des sources lumineuses situées au-dessus de votre axe de vision.

Ensuite, vous pouvez également vous servir du pare-soleil qui équipe toute voiture normalement constituée. Situé de part et d’autre du rétroviseur intérieur, un pare-soleil voiture performant vous protège des rayonnements solaires sur une amplitude de déploiement assez large. Il permet non seulement d’abriter votre regard des rayonnements de face, mais également de côté. Vous pouvez en effet tourner cet accessoire sur le côté, de manière à le placer au-dessus de la vitre latérale, et empêcher que le soleil ne vous frappe par le côté. Cependant, son rôle consistant à protéger votre vision et non à la bloquer, son efficacité jouera son maximum avant que le soleil ne soit totalement à l’horizontale devant vous ou sur le côté.

Autre accessoire utile pour abriter votre regard d’une intensité lumineuse environnante trop forte, le chapeau. Il peut gêner dans une voiture, notamment si vous êtes de grande taille. Mais le chapeau permet à vos yeux de rester à l’ombre, donc de bien discerner le milieu qui vous entoure. Au pire, vous pouvez opter pour une casquette ou même une simple visière, pour bénéficier de cette protection visuelle contre une trop forte luminosité.

Enfin, la technique la plus pratique consiste également à porter des lunettes de soleil. Cependant, il ne s’agit pas de choisir n’importe lesquelles, notamment si vous portez déjà des verres correcteurs en situation normale. Vous devez vous procurer un modèle qui répond aux normes européennes et sur conseil d’un opticien spécialisé. Dans le cas contraire, vous vous retrouvez en situation d’infraction et vous risquez une amende et des points sur votre permis en cas de contrôle routier.

 

 

Comment éviter l’éblouissement la nuit ?

En l’absence de soleil, l’éblouissement survient surtout par les feux des véhicules arrivant en vis-à-vis ou par l’arrière.

Dans le premier cas, le meilleur moyen d’éviter l’éblouissement consiste à ne pas fixer la source lumineuse, mais à regarder droit devant, le plus loin possible. Mieux, vous pouvez même diriger vos yeux sur le bord de route opposé à la source lumineuse. Cette technique vous permet en plus de détecter rapidement d’éventuels obstacles mal éclairés, comme une voiture en stationnement ou un cycliste.

Dans le second cas, il vous suffit de régler votre rétroviseur sur la position nuit, ce qui vous permet de garder la voiture qui vous suit dans votre champ de vision, sans subir l’intensité de ses phares.

Enfin, il vous est également possible de vous munir de lunettes à verres polarisés spécialement conçues pour la conduite de nuit. Cependant, les réglementations restent les mêmes que pour les lunettes de soleil.

Pour conclure, quelle que soit la situation, ces attitudes doivent être accompagnées de gestes logiques utiles à la sécurité. Disposer d’un pare-brise toujours propre par exemple vous permet d’avoir une vision toujours claire. En outre, lever le pied en cas d’éblouissement peut vous empêcher de rentrer dans un obstacle durant votre moment d’aveuglement, le temps de laisser vos yeux récupérer leur pleine capacité.

 

 

 

 

Dernière mise à jour: 13.11.19

 

Vivre sans téléphone équivaudrait aujourd’hui à un retour au Moyen-Âge. Se déplacer en voiture sans cet accessoire de communication relèverait ainsi de l’impensable, sachant que vous devez être joignable à tout moment. L’usage du téléphone au volant est pourtant interdit par la loi. Malgré tout, certaines situations peuvent être tolérables.

 

Les gestes interdits

Le téléphone au volant constitue l’un des plus importants facteurs d’accidents de la route. Pour limiter les dégâts, les autorités ont décidé de mettre en place un système de répression de cette habitude mortelle. Vous devez ainsi connaître les points suivants, principales raisons qui pourraient porter un coup fatal à votre permis de conduire.

En premier, discuter en tenant le téléphone à la main alors que vous êtes en train de rouler représente l’infraction de base. Cette situation vous coûtera au minimum 135€ d’amendes et trois points sur votre permis de conduire. Au pire, vous pourriez vous retrouver avec une suspension. La raison en est simple, en pleine conduite, vos mains sont censées tenir les commandes de la machine que vous conduisez. Or, en téléphonant, vous occupez l’une de vos mains à une autre tâche qui n’a rien à voir avec les commandes de la voiture. Celles-ci sont alors délaissées et le risque d’accident augmente de façon exponentielle.

Ensuite, dans l’objectif de garder vos mains libres, vous vous munissez d’un kit mains libres. Seulement, il vous faut un équipement spécifique pour ce faire. Si un agent de la circulation et de la sécurité routière vous repère avec un ou deux écouteurs dans les oreilles, avec le fil qui pendouille au risque de gêner les mouvements de vos mains, vous ne couperez pas à la même sanction. La conduite nécessite que vous soyez en pleine possession de vos moyens. Un écouteur, un casque, une oreillette avec ou sans fil constituent des facteurs de gêne qui peuvent altérer votre perception et vos réactions, vous devez abandonner leur usage.

Pour finir, compulser manuellement votre téléphone configuré en tant que GPS pour trouver un itinéraire implique que vous quittiez la route des yeux pendant quelques secondes, en plus d’occuper une main à effectuer une opération autre que diriger les commandes de la voiture. Vus de loin, ces gestes s’apparentent au fait de toucher le téléphone pour vérifier un SMS ou envoyer un e-mail. Résultat, vous écoperez toujours de la même sanction.

D’autres gestes suggestifs peuvent également être interprétés comme tels, comme le fait de changer les chaînes de votre autoradio, ou même de régler le volume de votre musique. Tout dépendra dans ce cas de la clémence de votre verbalisateur. S’il estime que votre geste était risqué, vous pouvez quand même écoper d’un avertissement ou d’une petite contravention.

 

 

Les solutions alternatives

Mais alors, s’il est strictement interdit de se servir manuellement de son téléphone au volant, comment faire si vous faites partie de cette catégorie de personnes dont la quasi-totalité de la vie se rattache au Smartphone ? D’autant que l’appelant ne peut pas toujours deviner que vous êtes en train de conduire au moment où il vous appelle. Pas de panique, il existe des solutions applicables que la Loi tolère bien, à condition évidemment que vous les adoptiez en conformité avec les normes. Du plus simple au plus compliqué, voici quelques démarches qui vous permettront d’utiliser votre téléphone en voiture, sans courir le risque de vous faire verbaliser.

La méthode la plus facile consiste à vous équiper d’un kit main libre voiture homologué, pour pouvoir converser tranquillement. Cette méthode fonctionne généralement en couplant votre Smartphone à un système Bluetooth à installer dans votre voiture, à côté de votre pare-soleil. Un micro et des haut-parleurs pourront vous aider à tenir vos conversations de manière sereine.

Une meilleure option serait de pouvoir intégrer ce principe à l’équipement audio de votre véhicule. Les voitures de dernière génération disposent presque toutes de cette fonctionnalité technologique. Si vous en possédez une plus ancienne, vous pouvez quand même installer un équipement récent pour disposer de cette possibilité. Vos discussions téléphoniques se feront ainsi de manière totalement libre, sans encombrer vos mains ou vos oreilles. En programmant votre smartphone sur une fréquence FM libre de votre autoradio, la voix de votre interlocuteur sortira par les haut-parleurs de votre voiture.

Par ailleurs, les Smartphones peuvent aujourd’hui servir de GPS. Toutefois, vous devez les installer suivant une méthode de fixation homologuée, de manière à ne pas gêner votre vision, et encore moins à tenter de vous en servir manuellement pour un appel. L’idéal consiste à réussir à le coupler aux palettes de commandes au volant. De cette manière, vous pourrez effectuer vos recherches et programmations tout en gardant les mains sur la commande de direction.

Enfin, pour jouer totalement à l’enfant sage et ne pas risquer vos points, vous pouvez télécharger de nombreuses applications d’aides à la conduite. La plus utile se représente par la reconnaissance vocale, disponible sur presque tous les Smartphones de moyenne et haut de gamme. Il vous suffit de parler pour lancer une commande, et le téléphone l’exécutera automatiquement. Vous pouvez aussi rechercher l’application « mode voiture ». En l’activant, elle transmet un message à l’appelant pour l’informer que vous êtes en train de conduire, et que vous ne pouvez donc pas recevoir son appel pour le moment.

 

 

La conduite à tenir

Avec ou sans ces équipements et bien avant l’avènement du téléphone au volant, les conditions restent les mêmes pour une conduite sécuritaire et sans danger. Vous devez impérativement garder vos mains sur le volant, pour montrer que vous maîtrisez bien les commandes de votre machine. Maintenant que le téléphone fait partie intégrante de la vie en voiture, le principe reste le même. Bien que la technologie vous aide en temps réel, garez-vous et coupez votre moteur pour téléphoner ou programmer votre GPS. En effet, même si cette interprétation semble quelque peu vicieuse, le fait de ne pas couper votre moteur sera considéré comme si vous étiez toujours en circulation, même si vous êtes bien rangé sur le côté.