Dernière mise à jour: 23.09.21

 

Les causes du ralenti instable d’une voiture peuvent être nombreuses. La sonde de température, l’allumage, le débitmètre d’air, la pompe à injection, le capteur de pression, le boîtier papillon, ce sont les sources du problème en général. Alors, comment résoudre le problème ? Entre les contrôles préliminaires et les contrôles plus approfondis, suivez nos conseils !

 

Les causes d’un ralenti instable

Vous ne vous y connaissez pas en mécanique ? Vous vous demandez ce qu’est un ralenti instable ? Il se définit comme étant une anomalie autour des variations de tour par minute. En général, la valeur nominale du régime de ralenti est de 20 t/min. Et en fonction des constructeurs, elle peut varier en allant des 750 à 900 t/min. En cas de ralentissement instable, ces variations vont aller de 100 t/min. Dans ce cas de figure, on peut constater la voiture qui cale au ralenti.

Mais pourquoi est-ce que ce genre de dysfonctionnement a lieu ? Les causes qui peuvent expliquer ce fait sont nombreuses. À la différence de ce que l’on croit, l’actuateur de ralenti et le régulateur de ralenti ne sont pas toujours les principales causes. En général, le dysfonctionnement provient de la sonde de température d’eau. Quelquefois, il provient également de l’allumage avec la mauvaise synchronisation des étincelles émises par les bougies. Ce qui engendre ainsi un ralentissement instable. Il arrive aussi que ce genre de dysfonctionnement soit généré par le débitmètre encrassé ou défectueux. Quoi qu’il en soit, il est toujours préférable de faire appel à un professionnel.

Ralentissement instable : les contrôles préliminaires

Le symptôme d’un boîtier papillon défectueux est souvent une émission de fumée. Voilà la raison pour laquelle il est important de procéder à des contrôles préliminaires en commençant par analyser la fumée qui sort de l’échappement. Il faut également inspecter le compartiment moteur pour voir si des connecteurs ne sont pas débranchés ou si les durites d’alimentation d’air ne sont pas percées. Enfin, il est important d’être attentif au calculateur moteur. En utilisant un outil de diagnostic spécifique, vous allez pouvoir contrôler les défauts qui ont été enregistrés.

 

Ralentissement instable : les contrôles approfondis des composants

Régulateur, sonde lambda, capteurs AAC, tubulure d’admission, faux contact, boîtier papillon, ce sont tous les éléments à prendre en considération en cas de ralenti instable. Dans cette optique, il est important que vous teniez compte de l’accessibilité du composant que vous allez contrôler.

Attention, sur les voitures modernes, surtout les plus puissantes, il est conseillé de démonter le moins de composants possible afin d’éviter d’endommager l’ensemble du système du véhicule surtout les éléments électroniques. Autrement, il vaudrait mieux solliciter une intervention professionnelle. Avec sa valise de diagnostic, le professionnel va procéder minutieusement à la vérification des pressions hydrauliques et des pressions de compression.

 

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES