Dernière mise à jour: 13.04.21

 

La sécurité routière concerne tout le monde, y compris les bébés qui se déplacent en voiture avec leurs parents. Des réalisations ont été effectuées principalement pour la protection et le confort de ces petits voyageurs, matérialisées par le siège pour enfant. Néanmoins, l’utilisation de celui-ci nécessite de connaître la législation.

 

Les conditions d’utilisation

Conséquemment à son aspect physique et à sa morphologie, vous ne pouvez pas utiliser les équipements normaux de votre véhicule pour un gamin. Quand bien même vous possédiez une voiture dernier cri avec toutes les options, il vous sera simplement interdit d’emmener votre petit en balade sans l’accessoire adéquat. Selon la taille de l’enfant, vous pouvez choisir entre différents types de matériel fabriqués en ce sens. 

Pour les nouveau-nés et jusqu’à 3 mois, une nacelle bébé sera la plus adaptée. Pour ceux qui pèsent entre 13 à 18 kg, un rehausseur enfant peut éventuellement suffire, à condition de le placer loin des airbags latéraux qui pourraient représenter des risques en cas de déploiement. Enfin, le siège auto tel que vous le connaissez face à la route est préconisé pour les enfants de 3 ans et de moins de 1,35 m.

Le type de matériel étant défini en fonction de l’âge, du poids et de la taille de votre petit, vous devez également connaître les bases de la réglementation sur le siège auto. Vous pourrez ainsi utiliser cet équipement de manière optimale, mais surtout en conformité avec la loi. Pour commencer, il est important de savoir que l’installation d’un siège bébé est obligatoire pour tout enfant jusqu’à 36 mois.

Il vous appartient de définir le modèle le plus adapté à la morphologie de votre gamin. Votre choix doit avant tout assurer sa protection en cas de choc, et aussi lui donner le maximum de confort, autant que ce que l’adulte peut ressentir dans son propre emplacement.

Les nécessaires préalables

Deux conditions essentielles se posent alors pour pouvoir répondre au besoin de transporter votre enfant avec vous dans votre véhicule : l’existence d’un moyen de fixation agréé, et un volume suffisamment large dans l’habitacle.

Concernant le premier critère, les ceintures de sécurité ont été mises en place de série dans les voitures depuis la fin des années 70 et début 80. Toutes les autos disposent donc de cet accessoire. Néanmoins, vous devez vous renseigner sur l’utilisation d’un rehausseur jusqu’à quel âge, afin de savoir s’il est temps de poser votre enfant directement sur le siège, pour que le passage de la sangle se fasse correctement. Depuis quelques années, le problème de ceinture a été résolu avec la création du principe Isofix. Il s’agit d’un système immédiatement rattaché à la structure du véhicule, et qui vous permet de fixer rapidement et de façon sécurisée votre siège auto bébé au moyen de clips.

La seconde obligation se résume quant à elle par l’existence d’un espace suffisant à l’intérieur de l’habitacle. Une fois en place, les enfants doivent pouvoir rester libres et sereins dans leur coque, et ne pas se sentir oppressés. La présence du siège auto bébé ne doit pas non plus devenir une source quelconque de gêne, notamment pour le conducteur.

En effet, l’installation de cet équipement d’appoint nécessite également un espace totalement adapté. Si vous avez trois enfants, vous devez vous assurer de disposer d’une banquette arrière suffisamment large pour accueillir les différents accessoires. Si tous vos gamins sont en bas âge, vous devrez peut-être penser à troquer, le temps qu’il faudra, votre berline sportive contre un monospace. Ce dernier serait en effet plus à même de recevoir à la fois une nacelle, un siège auto et un rehausseur, en fonction du nombre de descendants que vous devez transporter. 

Il n’est en effet pas question de forcer, sous prétexte que le matériel sera mieux calé, il s’agit d’une fausse bonne idée qui exposera plus vos petits au danger en cas d’accident. Si vous travaillez avec un véhicule utilitaire, oubliez également la pensée d’aménager l’espace d’une manière ou d’une autre. Non seulement un tel véhicule ne se prête pas à ce type d’installation, mais cette procédure risque de vous coûter cher en amende si vous vous faites prendre.

 

Les normes en vigueur

Le souci de réduire les pertes infantiles dans les cas d’accidents de la route ont entraîné la mise en place de la législation siège auto. L’action commence par la réactualisation des normes régissant le matériel. De nos jours, la performance et la qualité de plus en plus avancées de la technologie embarquée dans une voiture augmentent également les risques de blessures en cas d’accident. 

Différents tests s’effectuent pour en limiter les dégâts au maximum, mais l’utilisation des accessoires plus adaptés au contexte d’aujourd’hui contribue aussi à la réduction des drames. La réglementation sur le siège auto relègue ainsi aux oubliettes tous les équipements datant d’avant 1995. Autrement dit, il vous est désormais interdit de vous servir d’un matériel qui répond aux normes ECE R44/01 et ECE R44/02, qui ne sont plus d’actualité. Évitez également toute sortie avec votre petit dans votre voiture de collection, même si vous y installez un siège auto enfant 3 ans dernier cri.

De nos jours, vous devrez vous tourner vers tout équipement homologué, dont le plus récent se représente par la norme i-Size ou UN R129. Celle-ci correspond surtout à la vulgarisation du système Isofix qui devrait désormais intégrer de série toutes les nouvelles voitures. Néanmoins, vous devriez encore, durant quelques années, pouvoir vous servir des modèles répondant aux normes ECE R44/03 et ECE R44/04, que vous reconnaîtrez par leur étiquette orange.

Dans un autre contexte, les cahiers de charges imposés aux constructeurs indiquent plus ou moins des critères universels. Un rehausseur de voiture, un siège auto ou même une nacelle doivent en effet offrir des qualités de service identiques et apporter un niveau de confort et de protection similaire. Toutefois, les réglementations quant à l’utilisation peuvent changer d’une localité à l’autre. Elles peuvent également différer entre deux pays riverains comme la France et la Belgique par exemple. 

En illustration, s’il est en général interdit de mettre un siège auto à l’avant dans l’Hexagone, cette condition est assez souple chez nos voisins de l’Helvétie. Sur ce territoire en effet, plusieurs paramètres peuvent être pris en compte, comme la taille qui l’emporte sur le poids ou sur l’âge par exemple. Dès qu’un enfant dépasse 1,35 m, il ne nécessite plus ni rehausseur ni aménagement spécialisé, il peut voyager comme un grand. 

De plus, il est possible de transporter autant de petits qu’il y a de places dans le véhicule, mais surtout de nombre de ceintures de sécurité. Mieux, ces derniers peuvent être installés à l’avant, en fonction des besoins. Si cette règle s’applique chez les Belges, elle peut par contre ne pas être valable dans d’autres pays comme l’Allemagne ou l’Espagne. Dans tous les cas, si vous prévoyez un voyage à l’étranger avec un siège auto, vous devez prendre le temps de vous renseigner sur la législation routière locale.

Le mode d’emploi

Outre la question du siège auto jusqu’à quel âge, savoir comment l’utiliser importe également. La réglementation sur le siège auto préconise une installation à l’arrière. Pour les enfants de moins de 3 ans, le positionnement dos à la route est conseillé. De cette manière, tout éventuel choc ne se répercute pas uniquement sur le cou et les vertèbres, qui vont supporter le poids de la tête projetée en avant. Dans la configuration du siège auto dos route, le poids du coup sera réparti de manière égale sur tout le corps du petit, ce qui limitera au maximum les séquelles physiques en cas d’accident frontal du véhicule.

Pour le cas d’une voiture 5 places, vous devez disposer d’autant de sièges ou de rehausseurs que d’enfants. Certains modèles dits multi groupes peuvent par ailleurs accueillir 2 enfants. Néanmoins, son usage est désormais déconseillé, sachant que les conditions d’installation et surtout de fixation peuvent s’avérer être moins efficaces que celles d’un modèle individuel. 

En outre, toujours en respect de la législation, il est aussi plus intéressant de chercher quel siège auto choisir pour ne pas contrevenir aux règles et écoper d’une amende. Vous pouvez trouver de nombreux styles en visitant les magasins spécialisés ou les sites de vente en ligne, avec toutes les options et les accessoires selon vos besoins : ceinture intégrée, fixation Isofix, housse de siège auto ou renforts latéraux, entre autres. Les équipements conçus à l’époque actuelle vous permettront de vous déplacer en voiture en assurant la sécurité et le confort de l’enfant.

Dans tous les cas, comme vous lorsque vous prenez le transport en commun, ou quand vous voulez faire l’acquisition d’une nouvelle voiture, vous chercherez toujours le plus confortable. Dans cette même optique, pensez à faire essayer le siège auto à votre enfant, pour savoir s’il y est à son aise. Outre la norme Isofix, vous avez encore différents types de modèles parmi lesquels effectuer une sélection. Prenez le temps de laisser votre petit choisir, car après tout, il va passer tous ses trajets sur route dans cet équipement, et mérite d’en profiter avec le confort pour oublier l’obligation.

 

 

S'abonner
Notifier
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments