Dernière mise à jour: 22.10.20

 

La lubrification assure le fonctionnement optimal, et surtout la longévité d’un moteur. Des normes auxquelles chaque type d’huile doit se soumettre ont ainsi été créées, et ont évolué avec la technologie mécanique actuelle. Aujourd’hui, il ne suffit plus de mettre de l’huile, il faut mettre celle que le constructeur préconise.

 

Les différentes normes

À l’origine de l’ère automobile, les constructeurs ont imaginé un système qui permet aux moteurs de fonctionner de manière efficace, pour éviter les frottements entre les métaux. Le lubrifiant a ainsi été inventé dans cet objectif. Les méthodes et la technologie ne cessant d’évoluer pour arriver aujourd’hui à un niveau fortement avancé, le système de lubrification a dû suivre cette condition pour rendre les moteurs toujours plus performants.

Des normes ont été mises en place et imposées depuis des décennies, évoluant elles aussi au rythme des nouvelles découvertes et répondant aux conditions désormais réclamées par cette recherche du meilleur rendement. L’huile moteur se décline aujourd’hui en de nombreuses versions, et même la nouvelle huile 5w30 se départage en plusieurs ramifications à connaître, pour comprendre les raisons et ne pas vous tromper dans le choix du type idéal pour votre moteur. En général, les normes ont évolué comme suit.

 

 

L’importance des normes

Depuis le début des années 2000, chaque type de moteur construit présente des spécificités propres, qui l’identifient par rapport à un autre. Mais même si chaque constructeur dispose de sa science particulière, de sa vision du concept automobile, et surtout du talent particulier de ses ingénieurs pour la concrétiser, la norme s’impose comme ligne directrice, afin de présenter un produit autorisé à la consommation. La catégorie d’huile de lubrification fait partie de ces contraintes.

De ce fait, l’adoption de la norme ACEA pour les marques européennes ouvre la voie aux constructeurs pour présenter de nouvelles voitures disposant d’un moteur lubrifié selon les conditions requises. Cette situation facilite d’ailleurs l’utilisation par l’acheteur final, qui n’aura plus à se tracasser pour l’entretien de son moteur, puisqu’il lui suffira de suivre les recommandations indiquées par le constructeur.

Les normes d’une huile moteur

Explications des acronymes SAE, ACEA, API

 

Huiles lubrifiantes : historique et spécifications

La première norme à avoir été mise en place concerne celle de la SAE, acronyme de Society of Automotive Engineers. Elle concerne les huiles d’ancienne génération, qui lubrifiaient les moteurs construits dans la seconde moitié du XXe siècle. Elle regroupe les huiles monogrades, c’est-à-dire ne présentant qu’un seul indicateur de viscosité. En guise d’exemple, dans les années 60 et 70, l’on se servait pour l’été d’une huile SAE 40 ou SAE 50, le chiffre indiquant une meilleure fluidité en fonction de la faiblesse de la valeur. Pour l’hiver, l’huile SAE 20W alimentait presque tous les moteurs, W indiquant le mode hiver (de l’anglais Winter).

Au début des années 80 et jusqu’à la moitié des années 90, l’huile multigrade a petit à petit pris le relais pour des raisons plus pratiques, et pour répondre aux besoins des nouvelles générations de moteurs plus performants. Une huile multigrade présente deux indications, à savoir celles des viscosités respectives à froid et à chaud. Le modèle le plus courant se matérialise par l’huile 20w50, 20 indiquant la viscosité à froid et 50 celle à chaud. Comme pour le modèle monograde, plus la valeur est faible, plus la fluidité est meilleure.

Depuis cette moitié des années 90, une nouvelle norme est née, concernant surtout les moteurs d’origine européenne. Il s’agit de la norme ACEA, ou Association des Constructeurs Européens Automobile. Elle s’adresse désormais à des huiles multigrades de nouvelle génération, conçues pour les modèles de motorisation utilisables sur le continent européen. L’on recense généralement cinq niveaux, identifiés par des lettres qui en indiquent la spécificité en fonction du type de moteur ou pour un constructeur en particulier. Pour illustrer, vous avez l’exemple de l’huile 5w30 C4 qui se destine spécifiquement aux véhicules Renault, entre autres.

En parallèle, les constructeurs outre-Atlantique ont également mis sur pied la norme API (American Petroleum Institute), qui concerne les voitures américaines. L’huile de lubrification pour ces dernières se classifie pour sa part par l’indication API. Un code lettré suit pour indiquer la carburation, à savoir S pour une motorisation à essence et C pour diesel.

Une lettre rangée par ordre alphabétique mentionne ensuite la génération d’huile. En guise d’exemple, la norme API SA indique une huile de lubrification utilisée pour un moteur des années 40, et qui n’est presque plus utilisée aujourd’hui. Pour le diesel, la dernière génération porte la mention API CJ, pour s’adresser aux moteurs diesel d’après 2006.

 

 

Que choisir entre l’huile 5w30 C2 ou C3 ?

Tout d’abord, vous devez savoir que l’huile 5w30 représente l’une des générations les plus récentes des lubrifiants fabriqués sous la norme ACEA. Elle représente une huile répondant aux conditions imposées par les moteurs actuels, construits pour de meilleures performances. Il s’agit de l’huile la plus couramment utilisée de nos jours sur le continent européen, et même dans le monde entier pour les véhicules d’origine européenne.

En décortiquant les caractéristiques, cette huile permet une lubrification rapide à froid grâce à son taux de viscosité faible, les valeurs indiquant 5 en été et 30 en hiver. Dès le démarrage, la lubrification est ainsi optimisée, permettant une disponibilité rapide du moteur, et surtout une économie de carburant. Par ailleurs, l’huile 5w30 s’utilise pour les véhicules diesel et essence de tourisme, disposant de caractéristiques spécifiques pour l’éligibilité à la circulation sur le territoire européen.

Differences huile 5w30 C2 C3

C2 ou C3 pour ma voiture ?

 

Parmi ceux-ci figure d’une part la présence d’un catalyseur à trois voies, pour limiter les rejets nocifs de gaz à effet de serre. D’autre part, elle s’impose également sur les véhicules disposant d’un filtre à particule (FAP), destinés à réduire les émissions nuisibles et destructrices comme le phosphore ou les cendres sulfatées.

La question du choix dépend ainsi uniquement des recommandations du constructeur. Pour information, la norme C2 indique une spécificité des moteurs du groupe PSA, ainsi que quelques modèles du groupe Ford. La norme C3 pour sa part s’adresse surtout à Daimler Chrysler, Renault et la plupart des constructeurs allemands.

 

 

S'abonner
Notifier
guest
6 Comments
Le plus ancien
Le plus récent Le plus voté
Inline Feedbacks
View all comments
bourgain
bourgain
7 months ago

bonjour , voila j aimerais savoir si l huile sintron 5w30 correspond une huile castrol synthetique 5w30 E.S.P pour une skoda octavia 140ch tdi 2010 ,merci a vous de m apporte une reponse cordialement monsieur bourgain

Julien
Julien
5 months ago
Reply to  bourgain

Sintron c’est veedol je crois et désormais c’est la même maison.. j’ai eu le responsable veedol casttrol île de France il m’a dit que celà correspond en qualité.
Le plus important c’est la norme.

Une huile c3 Norauto sera de la même qualité qu’une C3 “grande marque”

En ce moment là sintron 5w30 est à 32.90 euros les 5+ 1 litres chez cartercash.

Julien
Julien
5 months ago
Reply to  bourgain

Sintron c’est veedol je crois ils ont été racheté par castrol donc la qualité est identique . À norme identique. En générale 5w30 c’est huille 100% synthétique norme C2 C3 etc..
Donc oui idem,. Comme l’huile 5w30 Norauto.

Alex
Alex
6 months ago

Bonjour , je souhaite faire l appoint d’huile sur mon Renault scenic 2 .
L’huile préconisée est la 5w30 .
J’ai acheté une huile elf 5w30 mais avec une norme ACEA différente que celle préconisée par Renault.
Celle préconisée par Renault est C4
Celle que j’ai acheté est A5/B5

Est ce que c’est grave ? En sachant que c’est la même viscosité .. j’espère ne pas avoir fait de bêtise .
Merci de votre réponse .