contact

Opacité des fumées d’échappement c1 c2 2019 : contrôle des polluants

Dernière mise à jour: 03.12.21

 

Depuis le 1er juillet 2019, une mesure sur le durcissement du test d’opacité des fumées d’échappement c1 et c2 a été adoptée afin de lutter contre la pollution sur la route. Elle concerne les véhicules à moteur diesel à partir d’Euro 4 qui sont sortis après le 1er janvier 2005. Toutefois, ce contrôle est généralisé dans les faits et nous vous livrons tout ce qu’il faut savoir à ce sujet.  

 

Le durcissement des seuils d’opacité des fumées d’échappement c1 et c2, en 2019

Il faut savoir que pour les voitures à moteur diesel, il existe des valeurs d’homologation prédéfinies au niveau de l’opacité qu’il faudra respecter pour réussir le contrôle technique. Ce dernier a déjà existé depuis longtemps sur les points de vérification des voitures, mais la mesure prise concernant l’opacité de voitures, surtout pour les modèles récents, a été trop laxiste et ne favorise pas la préservation de l’environnement et la lutte contre la pollution de l’air. Ainsi, un durcissement des seuils d’opacité des fumées d’échappement c1 et c2, en 2019, a été réalisé pour les diesels à partir d’Euro 4 qui sont sortis après le 1er janvier 2005 et ceux vendus après le début de l’année 2006. 

Ces véhicules sont reconnus comme étant plus polluants. Quant aux vieux diesels, le contrôle technique ne change pas et la procédure est la même que celle d’avant janvier 2019. Le propriétaire devra juste veiller à ce que son automobile soit bien entretenue et ne dégage pas trop de fumée.

En outre, pour le durcissement des seuils d’opacité, l’opération consiste à appliquer une valeur plus stricte en tenant compte des valeurs d’homologation de chaque voiture concernée. Celle qui passera le test aux points de vérification et du contrôle technique diesel devra émettre une quantité de fumées égale à celle qu’elle a émise au moment de son achat à l’état neuf. Ces valeurs d’homologation étant assez importantes auparavant, le durcissement a donc fixé des seuils plus bas pour un contrôle moins laxiste et pour une conformité aux normes antipollution. 

Cette mesure est active depuis le 1er juillet 2019 et s’applique dans les faits à toutes les automobiles post Euro 4 possédant une valeur homologuée d’opacité.

 

Opacité des fumées d’échappement c1 c2 en 2019 : Où peut-on voir cette valeur ?

Connaître cette valeur d’homologation est essentiel pour pouvoir faire une comparaison avec le barème générique et s’assurer un test de contrôle technique d’opacité réussi. Vous pourrez la lire sur le site de l’OTC qui n’est accessible qu’aux contrôleurs. Elle peut également être marquée sur l’étiquette technique collée dans l’ouverture de porte ou sous le capot de la voiture. Par conséquent, il est préférable de savoir cette valeur afin d’éviter d’être recalé pendant la vérification. Vous devez aussi vous mettre en tête que l’absence de FAP ou de catalyseur rend le véhicule plus polluant et entraînera donc une contre-visite.

Les instructions techniques sur la mesure de l’opacité des fumées

Sur le site officiel de l’UTAC, vous trouverez quelques informations techniques relatives à la mesure de cette opacité. D’abord, pour les diesels, l’appareil de mesure utilisé est l’opacimètre. Ce dernier comporte :

 – Un dispositif servant à mesurer la température d’huile moteur comme une sonde ou un lecteur OBD.

 – Un prolongateur d’échappement d’au moins 70 cm de long qui collecte un échantillon de gaz sur la ligne d’échappement de l’automobile.

 – 2 dispositifs mesurant la vitesse de rotation du moteur et qui est connecté à l’opacimètre.

 

Les valeurs seuils de l’opacité des fumées

Selon la règle adoptée à partir du 1er juillet 2019 concernant l’opacité des fumées c1 et c2, cette dernière en accélération libre et mesurée par le coefficient d’absorption, ne doit pas dépasser la valeur prédéfinie par le constructeur de l’automobile si elle existe. Toutefois, si cette valeur d’homologation n’est pas spécifiée, les valeurs limites sont celles dans l’appendice 2 de l’annexe I de l’arrêté du 18 juin 1991 modifié qui sont :

 – 2,5 m-1 pour les moteurs diesel à aspiration naturelle.

 – 3 m-1 pour les moteurs diesel turbocompressés.

 – 1,5 m-1 pour les voitures immatriculées ou mises en circulation à partir du 1er juillet 2008, hors les automobiles Euro6.

 – 0,7 m-1 pour les voitures Diesel Euro6.

À partir du 1er juillet 2019, la marge de tolérance de 20 % sur ces valeurs seuils a été levée.

Cependant, pour cette opacité des fumées d’échappement, une mesure instable peut être un souci et rendre le contrôle obsolète. Cela peut être causé par :

 – L’usure de la sortie d’échappement.

 – Le dysfonctionnement du moteur qui émet un bruit anormal.

 – Un niveau d’huile 5w40 incorrect ou une fuite d’huile au turbo.

 – La détérioration du système de refroidissement.

 – Une fuite de carburant ou de solution d’urée à l’échappement.

 – Émission importante de fumées.

Pour avoir un résultat fiable pendant le contrôle antipollution, il faut alors faire plusieurs mesures et déterminer l’écart entre la valeur minimale et la valeur maximale. Si l’écart est supérieur à 0,5 m, la voiture est recalée.

Le relevé des opacités

La valeur d’opacité des fumées c1 c2 est obtenue après mesure avec un opacimètre. Si elle ne dépasse pas la limite réglementaire, le résultat est acceptable. Par contre, si elle est supérieure à 1,5 X la limite réglementaire, le résultat est refusé. Dans le cas où la mesure est instable et qu’il y a un contrôle impossible des émissions à l’échappement, il faudra effectuer 3 nouvelles mesures et calculer leur moyenne et leur écart-type. Si ce dernier est inférieur ou égal à la limite réglementaire, le résultat est validé. Toutefois, s’il la dépasse, le résultat est inacceptable.

 

Les causes liées aux fumées

De nombreuses raisons peuvent être à l’origine de l’émission excessive de fumées par un véhicule diesel telles que :

 – L’usure de la sonde lambda

 – L’inefficacité du catalyseur sur les gaz

 – Un FAP non filtrant

 – Une fuite au niveau d’un échangeur ou d’un joint de culasse

 – L’usure de l’injecteur

 – Le dysfonctionnement des capteurs qui nuit donc à la propreté de la combustion

 – Une vanne EGR grippée

 – La défaillance du Canister

 – Un colmatage du filtre à air

 – Un boîtier papillon défectueux entraînant une mauvaise combustion

 – Les pièces du moteur recouvertes de suie

 

 

Lasa un comentariu

0 Comentariu