Dernière mise à jour: 14.08.20

 

Les différents éléments constituant une voiture doivent être remplacés un jour ou l’autre. Plus fréquemment que les autres, dans l’objectif de ne pas remplacer plus souvent des pièces plus importantes, il faut effectuer la vidange d’huile. Dans le cas contraire, votre voiture court de nombreux risques qui peuvent coûter cher.

 

Défaut de vidange : les risques mécaniques

Normalement, les fabricants préconisent d’effectuer une vidange suivant une fréquence indicative, notamment tous les 10 000, 15 000 ou 30 000 kilomètres en fonction des modèles de véhicule et de l’huile moteur utilisée. Cependant, ces données restent tout à fait indicatives, et voici deux points à considérer pour savoir s’il est temps d’effectuer votre vidange. En premier lieu, vérifiez de manière régulière le niveau de votre huile moteur. Si les modèles récents gardent suffisamment longtemps leur niveau optimal, les voitures d’ancienne génération nécessitent de temps en temps un appoint pour permettre au moteur de disposer de la quantité nécessaire.

Par ailleurs, vous devez tenir compte de la viscosité de votre huile. En fonction du type d’huile, de votre style de conduite et de l’utilisation de la voiture, la viscosité peut se détériorer de manière plus ou moins rapide. Il importe alors d’effectuer une vidange plus tôt que prévu. Pour vous permettre de procéder à cet entretien essentiel, voici notre liste des meilleures huiles 5W30.

Effectuer cette opération contribue à permettre à votre moteur de fonctionner de manière optimale. L’huile moteur sert principalement à lubrifier les différentes pièces mécaniques qui se frottent entre elles au moment du fonctionnement du moteur. Avec une huile de bonne qualité, le rendement restera à un niveau maximal, et vous le ressentirez avec la puissance du moteur et ses performances. Cependant, les propriétés du lubrifiant se détériorent avec le temps et l’usage. Le moteur risque de payer cher toute impasse sur une vidange à effectuer.

Le principal risque concerne évidemment le moteur lui-même, composé d’éléments métalliques qui se meuvent entre eux pour produire l’énergie et la puissance nécessaires pour faire bouger le véhicule. Une huile de mauvaise qualité ne produira plus l’effet optimal de lubrification. Les pièces métalliques rencontreront ainsi plus de résistance entre elles.

 

 

En premier lieu, cette situation entraînera une conséquence mécanique, qui se matérialise par l’usure prématurée de ces différentes pièces. À la longue, elles vont finir par se déformer et entraîner un dysfonctionnement du moteur. Le mode de combustion va changer, et le taux de compression chutera de manière exponentielle. Différents jeux vont s’installer entre les diverses pièces fixes et mobiles du bloc.

En second lieu, un moteur avec une huile de mauvaise qualité, ou en quantité insuffisante risque la corrosion dans ses parties mobiles importantes. Comme une circulation d’eau figure dans le moteur, et que ce dernier constitue ainsi un milieu humide, un vide dans le carter d’huile risque de favoriser le phénomène de condensation. À la longue, ce processus risque de créer la génération d’une quantité importante d’eau dans l’huile, ce qui favorise la rouille du bloc moteur et des diverses pièces métalliques qu’il contient. Un moteur cassé constitue le cas extrême résultant de cette situation.

Par ailleurs, toujours dans la rubrique mécanique, deux pièces de métal en frottement continu provoquent de la chaleur, et à la longue, une déformation. Une surchauffe perpétuelle – ce qui est le cas lors d’une vidange négligée – peut risquer de déformer les soupapes, de griller le joint de culasse, ou tout simplement de détruire le moteur en entier à long terme. Ce dernier surchauffera facilement dans ces conditions, avec toutes les conséquences connues de ce risque.

 

Vidange négligée : les risques environnementaux

Dans une autre rubrique, la production de CO2 augmentera, puisque le moteur va s’efforcer de rattraper sa productivité normale, en étant en mauvais état. De cause à effet, il est clair que d’autres éléments de votre véhicule vont également travailler plus que la normale, et se détériorer avant l’heure. Il s’agit notamment du cas du filtre à particules, prévu pour la limitation de cette émission de CO2.

Avec la production excessive provoquée par le défaut de lubrifiant, il sera sollicité plus que de rigueur, et tiendra moins longtemps que prévu. Il en est de même pour le filtre à huile. Celui-ci ne pourra plus retenir toutes les saletés et les débris indésirables qu’il est censé bloquer. Ces déchets vont finir par se retrouver dans votre moteur. Or, un corps étranger dans le bloc moteur ne peut que le détériorer, lorsqu’il est en fonctionnement, pour le peu de temps qu’il le pourra encore.

 

 

Vidange non faite : les risques financiers

Pour ne pas avoir effectué la vidange de votre voiture à temps, vous pouvez courir le risque d’essuyer de nombreux problèmes financiers. Tout d’abord, en cas de contrôle routier, les agents des forces de l’ordre peuvent détecter une émission anormalement élevée de CO2 issue de votre voiture. De l’amende à l’immobilisation de votre véhicule, vous risquez de payer une somme conséquente pour pouvoir la récupérer, en plus de l’obligation d’effectuer les mises au point nécessaires pour retrouver une émission normale.

Dans ce contexte, il se peut que le simple fait de changer l’huile moteur et le filtre à huile ne suffisent plus. Comme le moteur a subi des détériorations, il va peut-être falloir une remise en état totale pour redresser les soupapes tordues et les bielles, et remplacer le joint de culasse mis hors service après des cas de surchauffe répétés. En fonction de l’opération à effectuer, la facture risque d’être assez lourde, s’il a fallu mettre le moteur à terre pour une vérification et une réfection intégrale.

Enfin, même si la relation semble improbable, le fait d’avoir négligé une vidange risque de pousser votre assurance à se dégager en cas d’accident. Au meilleur des cas, elle peut indemniser vos victimes par votre couverture en Responsabilité civile. Par contre, elle peut refuser de vous couvrir s’il s’avère que l’opération de vidange a déjà été préconisée et aurait dû être effectuée avant l’accident. Vous devrez donc tout prendre en charge.

 

 

S'abonner
Notifier
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments