Dernière mise à jour: 21.11.19

 

La sécurité routière concerne tous les usagers des voies de communication. En toute saison, l’adoption d’une conduite responsable est attendue de la part de tous. Elle se renforce davantage en hiver. Le bon sens reste le maître du jeu, en plus de quelques mesures locales, en attendant une obligation officielle.

 

Quelles conditions régissent l’utilisation du pneu d’hiver ?

En France, la Loi n’impose pas l’installation de pneus d’hiver en tant qu’obligation pour les automobilistes, contrairement à d’autres pays d’Europe. La situation se justifie par le fait que sur le territoire français, la plupart des conducteurs se déplacent dans des zones faiblement soumises aux mêmes contraintes que les régions montagnardes. Pour ces dernières néanmoins, l’expérience a instauré une habitude initiée par le bon sens, et aujourd’hui connue de tous. Dès que l’hiver s’installe et que le mercure franchit la barre de descente en deçà des sept degrés Celsius, la mise en place de pneus d’hiver se fait naturellement. 

Les habitués de ces zones délicates, à savoir les routes de montagnes et autres voies à risque en période froide aimeraient bien que cette « prise de responsabilité » soit appliquée par tout le monde. Les voyageurs de passage pour les vacances d’hiver, ou les récalcitrants qui refusent pour une raison ou une autre de s’équiper de nouveaux pneus d’hiver sur ces trajets, constituent les cibles de ce souhait. En effet, il n’est pas rare qu’une voie soit totalement bloquée sur des dizaines de kilomètres à cause d’un véhicule bloqué pour défaut d’équipement. 

Rester sous le froid en attendant un chasse-neige et une dépanneuse pour dégager le passage peut par ailleurs durer plusieurs heures, suivant les conditions météorologiques, et le point de blocage. Pour ne pas avoir à subir les conséquences d’une inconscience ou d’une ignorance, les conducteurs attendent que ce principe devienne une obligation citoyenne imposée par la loi. Un décret en ce sens serait effectivement rendu officiel prochainement, pour une application à partir de cette saison hivernale 2019.

 

 

Quelles règles s’appliquent pour l’utilisation d’une chaîne à neige ?

Que votre voiture chausse des pneus d’été ou d’hiver, certaines localités imposent des équipements obligatoires pour pouvoir passer sur leurs routes. Généralement, les voies de montagne ou les pistes saisonnières, mais aussi les zones à risque imposent l’installation d’équipements spécifiques sur votre voiture. Le panneau « B26 » délimite ces zones et indique une obligation claire de rouler avec des chaînes à neige installées sur vos pneus. Celles-ci vous permettront d’avoir plus d’adhérence sur une chaussée glissante à cause du verglas. 

Elles aident également à récupérer toute la motricité transmise aux roues pour qu’elle ne se perde pas, au risque de provoquer des dérapages incontrôlés et des sorties de route lors des franchissements de neige épaisse. Généralement, cet équipement doit être placé sur les roues motrices, notamment lorsqu’il s’agit de voiture à traction. Pour le cas des véhicules à propulsion ou à quatre roues motrices, la chaîne doit équiper toutes les roues du véhicule. Pour l’utilisation de la chaîne à neige, prenez soin de respecter les consignes suivantes. Tout d’abord, dès la vue du panneau B26, n’attendez pas de vous enfoncer trop loin sur la voie pour vous décider à vous arrêter et effectuer l’opération. Généralement, une aire de chaînage doit se trouver quelques mètres avant ou après l’emplacement de cette signalisation. 

À défaut, arrêtez-vous sur le côté de la route, de manière à ne pas gêner la circulation. Une fois reparti, ne roulez pas à plus de 50 km/h. Au-delà de cette vitesse, le confort général du véhicule peut se détériorer, tout comme les pièces et accessoires composant la partie roulante. N’oubliez pas non plus de vérifier la tension de la chaîne après un trajet long, ou une sollicitation prolongée après un passage difficile.

 

Qu’en est-il des chaussettes ?

Les chaussettes se soumettent également, en général, à l’obligation générée par la présence du panneau B26. Avant de vous en procurer cependant, assurez-vous qu’elles disposent bien d’une homologation B26. En effet, même si elles figurent parmi les équipements spéciaux, l’absence de cette homologation peut amener les autorités locales à vous empêcher de franchir la zone délicate, ou au pire, d’immobiliser votre véhicule. Par ailleurs, elles répondent aux mêmes conditions d’installation que la traditionnelle chaîne et bénéficient même d’un avantage certain sur le côté pratique. 

En effet, elles sont très faciles à installer et ne prennent pas plus d’une minute pour se mettre en place. Une chaîne par contre nécessite beaucoup plus de temps pour entourer le pneu. En revanche, cette dernière reste de loin plus efficace et plus durable en termes d’utilisation. Contrairement à la fabrication de la chaîne en métal, la chaussette est conçue à partir d’un complexe textile renforcé, qui lui confère une longévité nettement plus limitée. Son usure s’accélère sur une route dont l’épaisseur de neige insuffisante, malgré la présence du panneau B26.

 

 

Les pneus cloutés peuvent-ils se substituer aux chaînes ?

En termes purement techniques, la réponse est non. Mais dans le contexte réglementaire, le pneu clouté peut tout à fait se dispenser de chaîne ou de chaussette, seulement si le panneau B26 indique une annexe « M9 » juste en dessous. Celui-ci indique la mention claire « pneu neige admis », ce qui confirme que vous pouvez vous engager sans chaînes ni chaussettes sur la voie, muni uniquement de vos pneus à clous. 

Cependant, l’utilisation d’un tel équipement répond à une réglementation déjà plus stricte, comme celle de ne les mettre qu’à partir du samedi précédent le 11 novembre jusqu’au dernier dimanche de mars. À part son manque de confort évident, l’utilisation de pneus cloutés est interdite lorsque les conditions ne l’imposent pas. Sans panneau B26, vous risquez alors de vous retrouver avec une amende. Votre vitesse de navigation reste en outre limitée à 90 km/h, au risque d’abîmer la route, ou de projeter des clous vers les véhicules qui vous suivent. Son utilisation requiert par ailleurs l’apposition d’un macaron sur l’arrière de votre véhicule, afin de prévenir les autres de rouler à bonne distance.